AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 « Au sourd, l’oeil sert d’oreille. » [PV : Prunelle de Givre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Vos félins ♥
PUF ▬: Nocty
Nom(s) ▬:
Légende ▬:

MessageSujet: « Au sourd, l’oeil sert d’oreille. » [PV : Prunelle de Givre]   Ven 27 Juin - 0:20


Cantilène de la Grive

Au sourd, l’oeil sert d’oreille.
PV : Prunelle de Givre

On fait souvent des rencontres. On revoit souvent les personnes que l’on a rencontrées, du moins, lorsque l’on s’est quitté sur de bons termes. Parfois même, on prend plaisir à revoir ces personnes, parce qu’elles sont devenues nos amies. On peut même passer son temps à chercher une personne avec qui on est liée d’amitié. Il y a des fois où l’on a besoin de parler, de voir quelqu’un, de le sentir, de sentir sa présence. Puisque tout le monde n’est pas capable de faire toute ces choses, ceux capable de tout faire doivent en profiter. Ils doivent en profiter aux noms de tous ceux qui ne le peuvent pas.

Au fond de sa litière, Cantilène de la Grive, Guérisseuse du Clan du Vent, peinait à trouver le sommeil. Se tournant, se retournant encore et encore dans sa couche, elle n’arrivait pas à atteindre les portes du royaume, si fabuleux, des rêves. Pourquoi donc les portes du royaume lui étaient fermées ? Elle mourrait pourtant d’envie de rejoindre ce royaume, de pouvoir relâcher et ses muscles et sa conscience afin de tomber dans un sommeil réparateur, dont elle avait tant besoin. Elle avait passé sa journée à courir, à vadrouiller, à examiner des patients, à chercher des remèdes, à corriger les erreurs idiotes de son Apprentie, à montrer et apprendre de nouvelles choses à celle-ci… Autant vous dire qu’elle n’avait pas chômé et que sa dernière envie, ce serait d’avoir une vie pareille sans pouvoir se reposer. Après encore quelques instants de lutte acharnée, elle s’abandonna aux bons vouloirs du destin. Elle se releva, fatiguée et irritée, et sortit de sa tanière.

Dehors, la lune trônait haut dans le ciel. Les étoiles étaient nombreuses et brillaient comme de mille feux. Cantilène de la Grive s’assit devant sa tanière et sourit tout en regardant les étoiles, essayant de trouver en vint, les ancêtres de son Clan. Elle ne savait pas les distinguer. A croire qu’une fois là-haut, on était tous semblable. En regardant de plus près, c’est vrai que même vivant, on était tous pareils. Tous étaient des félins, vivant plus ou moins pour la même chose, suivant plus ou moins les mêmes règles… Cantilène de la Grive rêvassa un long moment devant le ciel et les étoiles, mais finit par sortir de ses pensées et par se lasser de ce spectacle muet qu’offrait la nuit. Elle voulut retourner dans sa couche, mais sût d’ores et déjà qu’elle ne retrouverait pas le sommeil. Évitant de faire tout geste ou toute chose inutile, préférant garder le peu d’énergie qui lui restait pour faire quelque chose d’intéressant et/ou d’utile, elle prit la décision de sortir du Camp. Trottinant vers l’entrée, elle sortit rapidement du Camp, salua le Guerrier de garde et fila en courant à toute patte à travers la lande désertique.

Mi courant, mi volant, la Guérisseuse parcourut aussi vite qu’un Guerrier, en bonne santé et bien entraîné, le grand morceau de la lande séparant le Camp du Clan du Vent et la frontière du Clan du Vent et du Clan de la Rivière, là où se trouvait la Petite Rivière Rouge. Arrivé sur les lieux, elle pilla et se retrouva à marcher tranquillement, comme si elle n’eut jamais été en ce lieu et qu’elle désirait visiter le moindre recoin. Observant le monde noctambule, Cantilène de la Grive s’émerveilla plusieurs fois devant des créatures nocturnes et devant les plantes de la nuit qu’elle pouvait rencontrer. Bientôt, la jeune Guérisseuse se retrouva nez à nez avec les berges de la Petite Rivière Rouge, du moins si on pouvait appeler cela des berges. Connaissant bien les propriétés de cette rivière, malgré la soif qui l’a gênait, Cantilène de la Grive ne voulut pas tenter de boire de cette eau au goût si… étrange et dégoûtant à la fois. Et tout cela à cause des pierres qui se trouvait dans cette source. Toujours est-il que la Guérisseuse étancherait sa soif, un peu plus tard, dans une eau plus pure et plus limpide. Ne voulant plus faire demi-tour, la femelle s’assit face à la rivière, comme si elle espérait que quelqu’un paraisse de l’autre côté. Au fond, c’était vrai. Dans cette nuit sombre, sur ce bout de territoire en retrait, avec Morphée qui lui refusait les portes de son royaume, Cantilène de la Grive espérait trouver une âme comme la sienne. Une âme qui ne dorme pas comme les siens. Une âme qui daignerait passer un peu de temps avec elle. C’est dans ces rêvasseries que la Guérisseuse du Clan du Vent tomba. Au point où elle ne fit plus attention à son environnement, assise, sur le bord, en un équilibre certains, elle sentit sa vision se troubler, jusqu’à ne même plus percevoir la forme des choses.


HRPG:
 

© Codage par Waize rien que pour sa Patoune ♥


_________________


Petite Raison:
 


Dernière édition par Cantilène de la Grive le Sam 16 Aoû - 18:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Vos félins ♥
PUF ▬: Nix
Nom(s) ▬: Prunelle de Givre
Légende ▬:

MessageSujet: Re: « Au sourd, l’oeil sert d’oreille. » [PV : Prunelle de Givre]   Lun 28 Juil - 10:43

    Chaque jour est intensif, peu importe le Clan dans lequel vous vivez. Faire preuve d'imagination doit être à la portée de chacun, même des plus jeunes. Certaines saisons sont plus clémentes que d'autres, mais dans chaque situation, chasses et patrouilles ne sont jamais à proscrire... Quand on est un guerrier. Une vie que Prunelle de Givre, actuel guérisseur du Clan de la Rivière, aurait préféré dans ses jeunes années. Mais désormais, il s'y plaisait. Chaque journée était pour lui aussi une aventure, entre la collectes d'herbes, la préparation de remèdes et les conseils qu'il devait donné, il n'avait plus beaucoup de temps pour lui.
    Alors la nuit, comment ça se passait ? Un adepte du bon sens vous répondrait qu'il faut dormir, mais quelle perte de temps. Pour le rouquin, la nuit c'est un autre monde, qui demande d'autres besoins que pour la journée. Et et à en croire ce chat là, il ne faut pas passer à côté d'une occasion pareille.

    Discrètement, le guérisseur sortit du camp, la démarche souple et assurée. Il n'est pas en faute, il a le droit de sortir du camp quand bon lui semble. Mais Prunelle de Givre est un chat silencieux, et il sait que si on le voit, on le questionnera... Peut-être même voudra-t-on l'accompagner. Mais si on s'évade la nuit seul, c'est bien pour terminer seul.
    Une fois le camp loin derrière, le guérisseur disparut. Non, Prunelle de Givre était là, mais le médecin en lui s'envola et il se permit d'oublier un bref instant toutes ses connaissances, tous ses devoirs et toutes ses responsabilités. Le voici libre de ses choix et de ses actes pour une nuit, du moment qu'ils n’altèrent pas sa journée.C'était délicieux, presque magique, mais en aucun cas vulgaire ou déplacé. S'échapper le temps d'une nuit n'était pas donné à tout le monde, et le guérisseur savait qu'il serait fatigué en rentrant. mais quelle importance désormais, le fait qu'il soit sourd lui donnait déjà une parfaite couverture.
    Les branches des saules s'élevaient gracieusement, leurs feuilles sombres disparaissant dans le fond nocturne. Le doux clapotis de la rivière ne résonnait pas dans ses oreilles, mais il le devinait, il s'en souvenait encore. Il s'imaginait aussi le vent sifflant dans le tronc des arbres, avec un léger fond sonore provenant des plaines. Tout cela lui manquait, mais il avait appris à vivre sans. C'est le destin, comme il appelait ça.

    Le temps sembla s'arrêter le temps d'une promenade. Prunelle de Givre était arrivé à l'extrême frontière de son territoire, avoisinant celui du Clan du Vent. Une rivière, normalement rougie par les pierre de son lit, noire de jais par la nuit zigzaguait entre les roches.
    Prunelle de Givre s'était attendu à être seul une fois encore, mais le temps que son regard scrute la berge d'en face, il remarqua une ombre perchée sur le bord. A l'odeur, ce n'était pas de son Clan. Logiquement, ils s'agissait d'un félin du Clan du Vent... Encore fallait-il que ce soit un chat. Mais à force d'observations, le guérisseur connu la forme d'une sœur. Assez surpris, il se demanda s'il n'allait pas fair demi-tour -ce chat ne semblait pas l'avoir remarqué. mais il reconnu soudain sa fourrure sous un éclat de lune. Une guérisseuse du Clan du Vent, qu'il nommait Grive -son nom complet lui était inconnu.
    Incapable de prononcé le moindre mot de peur de le déformer, il fit rouler des pierres sous ses pattes et indiqua sa position d'un vif battement de queue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Vos félins ♥
PUF ▬: Nocty
Nom(s) ▬:
Légende ▬:

MessageSujet: Re: « Au sourd, l’oeil sert d’oreille. » [PV : Prunelle de Givre]   Sam 16 Aoû - 22:26


Cantilène de la Grive

Au sourd, l’oeil sert d’oreille.
PV : Prunelle de Givre

C'est dans un monde dénué de sens qu'elle atterrit. Dans ce monde, elle a la liberté de penser à ce qu'elle veut et surtout de faire ce qu'elle désire. Elle est ainsi libre de parler à tout le monde, sans amertume, ni rancœur, elle peut renvoyer ceux qui sont malpolis ou qui la prenne pour un blaireau ou une cervelle de souris, tous ceux qui l'utilisent comme un objet alors qu'elle est un être normal doté d'une sensibilité et d'une âme. Remarquez, au moins, elle peut avoir une hâte, celle de retrouver son monde emplit de liberté après une bonne ou une mauvaise journée. En fait, elle y va le plus souvent quand en surface, dans son enveloppe charnelle, cela se passe pas pour le mieux. Non pas quand elle perd un patient, mais quand elle en a un récalcitrant, qui fait des siennes ou des gênes qui lui ont été occasionnées à foison. Par exemple, lorsqu'elle se rendait compte qu'un chaton était venu fouiller et mettre le bazar dans ses herbes, elle ne voyait plus que le travail qu'elle devait entreprendre en plus et ce qu'elle devrait jeter et ce qu'elle devrait aller rechercher en plus de ce qu'elle avait prévu de faire la journée. Pleins de choses comme cela faisait qu'elle était, à la fin de la journée, lessivée et parfois à bout de nerfs et c'est dans ces moments qu'elle aimait bien retrouver son monde imaginaire, sa deuxième vie et son deuxième corps, plus léger, elle avait même l'impression de ne pas peser plus que son âme elle-même.

Dans le monde réel, Cantilène de la Grive avait l'air doux, presque impassible. Son visage n'exprimait aucune émotion, elle les gardait pour l'autre monde. Elle se gardait de bouger d'une patte, d'une moustache. Elle était tellement immobile que l'apercevoir devait être dur et si jamais quelqu'un la voyait, il devait la prendre pour une statue de pierre. Dans le monde qu'elle s'était fabriquée de toute pièce, elle gambadait dans une énorme, que dis-je, titanesque clairière entièrement nue, seul l'herbe sur le sol montrait que ce lieu était végétal et sauvage. Elle était bien trop haute pour être une pelouse de nid de bipède et elle ne ressemblait pas du tout à un champ tondu par un de ces monstres des bipèdes. Elle courrait, frôlait à peine le sol de ses petites pattes légères. Elle avait l'étrange impression de décoller du sol, de prendre son essor, son envol, tel l'oiseau dont on lui avait donné le nom. Avait-ce un lien ? Elle ne pouvait pas le savoir, elle ne le pensait pas. Ce qu'elle voyait et semblait vivre était le simple tour de son imagination sans bornes. Elle ne vivait pas réellement ses aventures. Les seuls qu'elle vivait réellement sans son véritable poids de corps, s'étaient les rêves qu'elle partageait avec le Clan des Étoiles et depuis quelque temps, le Clan des Étoiles était resté silencieux, du moins, il n'avait pas prédit de prophétie macabre à l'encontre des Clans. La dernière fois qu'elle leur avait parlé, c'était quand elle s'était rendue à la Pierre de Lune, avec ses pairs Guérisseurs. C'était alors une simple visite de courtoisie puisque, elle n'avait pas partagé grand-chose avec le Clan des Étoiles. Pourtant, elle redoutait quelque peu le prochain rendez-vous avec le Clan Céleste. Elle espérait que celui-ci ne serait pas fâché contre les Guérisseurs. Après tout, ce n'était pas la faute de tous si une d'entre elle avait entretenue une relation avec un Chef et attendait des petits. Et puis, le couple avait prétendu, à l'assemblée dernière, qu'il avait reçu l'accord de la part du Clan des Étoiles, donc pourquoi craindre une réaction de ce genre ? Surtout que le Clan des Étoiles n'est pas injuste. Surtout pas avec ceux qui ont choisi la voix de la Guérison. Il s'était toujours montré bon et honnête avec Cantilène de la Grive.

Un bruit de pierres roulantes et dégringolant sortirent Cantilène de la Grive de ses songes. Elle tourna alors la tête en direction de la source du bruit, quittant complètement ce deuxième monde. Un mouvement de queue attira son attention et elle put apercevoir un félin sur l'autre rive. Clignant des yeux, pour voir davantage, elle reconnut rapidement Prunelle de Grive, un de ses pairs, le Guérisseur du Clan de la Rivière. Elle ne pouvait pas tomber sur meilleure compagnie que ce félin. Certes, il était sourd et presque totalement muet, mais il était de très bonne compagnie. Il était intelligent, vif et remplissait son rôle comme n'importe lequel de ses compères. Cantilène de la Grive le détailla rapidement, son pelage digne d'un félin du Clan de la Rivière, était mi long et légèrement bouclé. D'une jolie couleur rousse, parsemés de tâches plus sombres ou plus claire, allant du fauve au blanc. De légères rayures striaient son pelage semblant pourtant uni. Il faut dire qu'il fallait le voir de près pour distinguer ses dernières, ce que Cantilène de la Grive ne pouvait pas faire, hors, elle connaissait le Guérisseur par coeur physiquement après avoir passé plusieurs soirées de demi-lune avec lui. Ce félin avait vraiment un physique étonnant pour son rang. En effet, il était bien galbé, des muscles saillants, de lourdes formes, sans être gros. Si on ne connaissait pas sa surdité, on pourrait aisément le prendre pour un Guerrier, et il aurait pu le devenir s'il n'avait pas eu cette surdité. Cantilène de la Grive n'avait jamais parlé de cela avec lui. Elle ne savait pas si le handicap du mâle était de naissance ou bien si c'était survenu au cours d'un accident. Toujours est-il qu'il avait beaucoup de chance d'avoir survécu jusque là. Pour Cantilène de la Grive, il devait sûrement être très difficile de vivre ou bien même de survivre sans pouvoir entendre le moindre son.

Sans attendre une seconde de plus, elle salua son pair. Elle était heureuse d'avoir un peu de compagnie pour ce soir. Elle qui n'avait pas trouvé le sommeil n'avait pas tout perdu. Elle avait trouvé un ami avec qui discuter, ou du moins avec qui communiquer. Elle allait pouvoir lui parler comme elle le pouvait. De toute façon, il ne comprendrait que ce qu'elle articulerait bien, et encore. Elle ne savait pas comment il faisait pour savoir ce que ses patients lui disent. Ce ne doit pas être facile tous les jours, pensa-t-elle. Oubliant ses songes pour le félin qui se trouvait en face d'elle, de l'autre côté de la rivière rouge, elle ouvrit sa fine gueule et accompagna ses paroles de gestes :

« Bien le bonsoir Prunelle de Givre. Comment te portes-tu ? Et ton Clan dis-moi, pas de soucis depuis l'Assemblée ? »

© Codage par Waize rien que pour sa Patoune ♥


_________________


Petite Raison:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Au sourd, l’oeil sert d’oreille. » [PV : Prunelle de Givre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Au sourd, l’oeil sert d’oreille. » [PV : Prunelle de Givre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» tuto haradrim, opération désert
» Trois chemins qui se croisent (PV Oeil de Lynx et Nuage de Cerisier)
» Vision cauchemardesque [Pv : Dark_Sky (Sora) et Oeil d'Argent]
» Bouche à oreille - Participez à populariser le projet
» L'Oeil de Jupiter [PV Siegfried]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Warrior's Story :: TERRITOIRES NEUTRES. :: LA PETITE RIVIÈRE ROUGE.-