AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Éclat Roux — Méfiez-vous de l'eau qui dort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Eclat Roux
Nouveau-né !


Vos félins ♥
PUF ▬: Champifeuille.
Nom(s) ▬: Eclat Roux (lieutenant du Clan de la Rivière).
Légende ▬:

MessageSujet: Éclat Roux — Méfiez-vous de l'eau qui dort.   Mer 20 Aoû - 8:54


Eclat Roux


Ancien(s) Nom(s) ▬ Patte Rousse - Nuage Roux - Eclat Roux.
Âge ▬ Je sais pas, je suis mauvaise en maths et j'ai la flemme de compter. En tout cas, il a sept ans.
Sexe ▬ Mâle.
Clan ▬ Clan de la Rivière.
Rang ▬ Lieutenant.
Mentor ▬ Il s'appelait Serre du Faucon, il a été lieutenant, et maintenant il est mort.
Famille ▬
    Patte de Lierre ; Mère, décédée.
    Coeur de Lumière ; Père, décédé.
    Coeur de Fougère ; Frère cadet, décédé.
    Etoile des Vents ; Frère benjamin, en vie.

Liens affectifs ▬
    Etoile des Vents ; seul membre de sa famille encore en vie, ancien apprenti.
    Plume de Cygne ; copine d'apprentissage, meilleure amie à ce jour.




▬ Description Physique ▬
La première chose que l’on remarque chez Eclat Roux, c’est sans conteste sa taille. Eclat Roux est grand. Très grand. Paraîtrait que c’est de famille. Son petit frère fait sa taille, après tout, alors que deux années les séparent. Etant apprenti, il considérait sa grande taille comme une tare assez dure à cacher. Difficile, quand on dépasse les autres apprentis d’une tête et qu’on peut bouffer entre leurs deux oreilles ! Mais il a appris à vivre avec, et n’a plus aucun problème avec ça. Il considère sa grande taille comme un atout, une chance. Comme il est, en plus de ça, assez massif et imposant, sa taille est un bon plus pour intimider les chats un peu trop belliqueux. Il a par ailleurs appris à en user, voire à en abuser, en se redressant légèrement pour paraître encore plus imposant. Attention à ceux qui voudraient le prendre pour cible durant les combats, sous prétexte qu’il est visible de loin, cependant. Eclat Roux a appris à utiliser sa grande taille à son avantage, et peut très vite devenir extrêmement dangereux quand on l’approche dans une mêlée, surtout quand il a décidé de prendre pour cible un félin qui attaque quelqu’un de plus faible de lui, comme un chaton, ou un ancien.

Eclat Roux est, comme son nom l’indique, un chat roux. Son pelage, long, oscille entre le roux feu et le brun terre, ce qui est pratique pour se plaquer vivement au sol, sur la terre battue qui compose leur territoire. Il est plus difficilement repérable quand il combat chez lui. Sauf si, bien sûr, il se lève d’un seul coup. De la portée, il est le seul à être né roux, ses deux frères arboraient quant à eux des pelages oscillant entre le beige et le gris. Son pelage roux détonait un peu au milieu des autres nouveaux venus de la portée, surtout quand on sait que sa mère avait un pelage brun sombre, et son père un pelage blanc tirant vers le gris cendré. Roux des pattes aux oreilles en passant par la queue, la seule touche de couleur qui s’harmonise à cette couleur, mis à part le rose de sa truffe, est le vert de ses yeux. Son regard d’un vert forêt se veut en permanence calme, observateur, imperturbable. Difficile d’y lire quoi que ce soit. Le vétéran s’efforce de ne pas montrer ses émotions, pour ne pas inquiéter son Clan ou donner du grain à moudre à ses ennemis, son regard vert reste donc presque toujours aussi limpide que l’eau.

Au niveau de ses capacités physiques, si on se doute assez rapidement de la force musculaire du grand vétéran, on l’imagine foncer dans la mêlée la tête la première. C’est vrai, sans l’être. Il privilégie la vitesse, s’appuyant sur ses pattes fines pour bondir souplement sur le côté et attaquer latéralement son adversaire. De face, c’est trop dangereux, et honnêtement, qui s’attend à être percuté violemment à l’épaule en plein combat, surtout quand on s’attend à être attaqué de face ? S’il est souple, vif, fin et relativement agile, il est en revanche assez lourd, à cause de sa grande taille toujours, qui, si elle ne l’empêche pas de se mouvoir comme il le veut, l’empêche d’être aussi léger qu’un chat de petite taille. Si le vétéran a aussi gagné des guerres, il en a aussi perdu, et ces affrontements ne se font qu’au prix de nombreux coups de griffe, dont les fines cicatrices sont à présent cachées sous son épaisse toison rousse. Bon combattant, il est en revanche un piètre chasseur, préférant, comme ses semblables du Clan de la Rivière, la pêche au poisson.

▬ Caractère ▬

« Méfiez-vous de l’eau qui dort. » C’est sans doute le proverbe qui représente le mieux le vétéran. Extrêmement calme et serein, le félin ne s’énerve pas beaucoup, préférant la voie pacifique de la discussion plutôt qu’une guerre meurtrière déclenchée sur un coup de tête. D’un naturel assez pragmatique, il ne se pose pas de questions pendant des heures, acceptant les choses comme elles sont. Cependant, comme l’eau qui dort, s’il est calme, relativement doux, peu agressif en règle générale et plus ouvert au dialogue qu’au combat, il peut très rapidement devenir violent, comme un tsunami qui se créée dans une mer pourtant limpide avant d’aller s’écraser sur les côtes, détruisant tout sur son passage. Heureusement, il ne s’énerve pas beaucoup. Mais si un Clan adverse a le malheur d’attaquer son Clan ou de lever une patte contre n’importe lequel des chats le composant, le vétéran deviendra immédiatement très violent. Son Clan, c’est sa famille, et attaquer un membre de sa famille, c’est prendre le risque d’être attaqué en retour, autant par lui que par le reste du Clan.

Eclat Roux est un chat serviable. Bien que guerrier expérimenté, il ne voit aucune humiliation à aider les apprentis qui vont chercher de la mousse pour la pouponnière, ou aider les anciens à s’occuper d’eux, parfois même en retirant les tiques qui ont élu domicile dans leur pelage, même si cela requiert l’utilisation de la bile de souris, cauchemar olfactif de tous les apprentis de corvée. La vérité, c’est qu’il est complètement dévoué à son Clan, aidant chaque chat qui le compose à la mesure de ses capacités, afin de rendre la vie plus facile à tous. Il n’aura, par exemple, aucun problème à aller chercher des plantes pour soulager le travail du guérisseur, même si cela requiert de traverser un territoire hostile sur lequel des chats errants ou des chiens ont posé la patte. Si le guérisseur a besoin de ces remèdes, il ira les chercher. Point. Par ailleurs, bien qu’il apprécie le silence et le calme à sa juste valeur, il n’est profondément heureux qu’une fois dans son Clan, où les conversations des guerriers se joignent aux cris des jeux des chatons et aux grommellements discrets des apprentis qui s’occupent des anciens. C’est sa famille, son univers, qu’il protègera au péril de sa vie.

Toutefois, s’il est un chat loyal qui respecte le Code du Guerrier comme une ligne directrice, Eclat Roux a des principes qu’il refusera d’enfreindre, même si cela signifie entrer en conflit avec son meneur ou se mettre le Clan à dos. Fort heureusement pour lui, le Clan de la Rivière a adopté une conduite pour le moins pacifique depuis de nombreux cycles, et ces conflits ne sont encore jamais venus. Etant très droit et très digne, il refusera toutes les méthodes les moins honorables, comme le kidnapping ou l’assassinat, même en temps de guerre. Attaquer un Clan qui n’a rien fait au sien sera également un motif de refus. Eclat Roux a tendance à considérer les chats des autres Clans comme ses égaux, des félins qui, comme lui, respectent le Code du Guerrier, et qui sont donc des chats honorables, dont la parole a de la valeur, même s’il ne leur accorde qu’avec une méfiance toute relative. Le félin n’est pas de son Clan, après tout. Mais s’il accorde sa confiance à ceux qui suivent le Code du Guerrier, il la refuse à ceux qui ne le suivent pas. C’est pourquoi il se méfie énormément du Clan du Tonnerre, désormais. Si le chef et la guérisseuse ont été capables de briser un des préceptes du Code, qu’est-ce qui les empêche de briser les autres et de les attaquer, comme ça, pour des queues de souris ? Aussi, les rares fois où il sera amené à croiser des félins du Clan du Tonnerre, il n’aura pour eux qu’une indifférence polie, mais glaciale.

Outre ça, Eclat Roux a un très bon caractère, même s’il faut avouer qu’en tant que lieutenant, il n’aime pas trop que l’on conteste ses ordres. D’un naturel placide, il sait se montrer assez chaleureux pour mettre les félins de son Clan à l’aise, et aime écouter leurs histoires, leurs petits problèmes, et les aider à les résoudre. S’il ne se permet absolument aucun manque de respect à son meneur durant les cérémonies officielles, comme une assemblée, un enterrement ou une cérémonie quelconque, il n’est pas rare qu’en dehors desdites cérémonies en question, les deux chats passent leur temps à se disputer gentiment. Etoile des Vents est en effet son petit frère, et a par ailleurs été son apprenti. Or, si une confiance aveugle lie les deux chats, bien plus puissante que la confiance aveugle que le lieutenant a pour le reste de son Clan, ils aiment se montrer leur affection par piques interposées, Eclat Roux traitant son meneur de gamin ou de sale morveux, Etoile des Vents traitant son lieutenant de vieux croûton ou de vieux croulant, ce qui fait par ailleurs rire le reste du campement, vu que tout le monde sait qu’ils ne font que se chamailler gentiment.

▬ Histoire ▬
On peut dire que dans la vie, Éclat Roux a eu de la chance. Il est né pendant la saison des feuilles nouvelles, alors que les poissons grouillaient dans les torrents et que leur réserve de nourriture semblait ne pas vouloir désemplir, à tel point que le meneur de l’époque avait demandé aux apprentis de creuser un second trou juste à côté pour alléger un peu la pile. Éclat Roux, alors Patte Rousse à l’époque, est né robuste et en bonne santé, à la grande joie de ses parents, Patte de Lierre et Coeur de Lumière. Il ne leur ressemblait en rien, par contre. L’une d’un brun sombre, l’autre d’un blanc tirant vers le gris cendré, il naquit roux comme un sous-bois d’automne, roux … Comme un renard, oui.
« Qu’est-ce que tu es grand, Patte Rousse ! »
Mais surtout, s’il naquit robuste et fort, il naquit surtout grand, et imposant. Déjà, dans la pouponnière, il dépassait d’une demie-tête les autres chatons, et atteignit bien avant ses six lunes la taille standard d’un apprenti.
« Ma mère dit que c’est parce que je bois beaucoup de lait. »
C’était faux, bien évidemment. Les lois de la génétique sont assez incertaines. Ses parents, bien que grands, restaient quand même dans la moyenne, mais son arrière grand-père paternel était un chat aussi massif qu’imposant. Voilà sans doute d’où venait le gêne. Patte Rousse détesta toute sa période en tant que chaton confiné dans le campement, non, pire, dans la pouponnière. C’était nécessaire pour assurer sa protection, il le savait, mais ça ne l’empêchait pas d’attendre sa nomination avec espoir. Il avait surtout très peur qu’elle soit retardée, ce qui était arrivé à un chaton qui s’était aventuré seul hors du campement, et qui avait senti tomber les foudres du meneur en rentrant. Baptême d’apprenti repoussé de quatre lunes. Le chaton était effondré. Et Patte Rousse s’était promis que cela ne lui arriverait jamais.
« Oh, mais n’est-ce pas Patte Rousse ? C’est pour moi, ce poisson ? »
« Oui, Bec de Faucon, prends, c’est pour toi ! »

Alors Patte Rousse s’activait à l’intérieur du campement. Il aidait le guérisseur à trier ses herbes, il prenait des proies sur le tas de nourriture pour donner à manger aux anciens, il aidait les novices à s’occuper des litières, bref, il s’occupait. Bien sûr, il jouait avec ses camarades, à refaire les guerres les plus emblématiques. Pour une raison qu’il ignorait, Patte Rousse se retrouvait toujours à la place du méchant – peut-être parce qu’il était le plus grand des chatons, et qu’il pouvait se débarrasser d’eux en se relevant et en s’ébrouant, ce qui faisait beaucoup rire ses copains – ce qui à vrai dire ne le dérangeait pas plus que ça, tant qu’on le laissait jouer avec les autres. Ses six lunes filèrent vite, bien que trop lentement à son goût, et finalement, ce fut à son tour de se tenir bien droit devant le promontoire, les moustaches frétillantes d’excitation.
« Patte Rousse, depuis ce jour, et jusqu’à ce que tu finisses ton apprentissage, ton nom sera Nuage Roux. »

* * * * *
Nuage Roux continua de grandir. De plus grand des chatons, il ne lui fallut que peu de temps pour devenir le plus grand des apprentis. S’il était plus petit que son mentor, il ne faisait aucun doute qu’il allait grandir et le dépasser en taille en quelques lunes à peine. Son mentor, d’ailleurs, était très content. Nuage Roux était enthousiaste, avide d’apprendre, obéissant, vif et rapide. Il ne lui fallut pas longtemps pour apprendre à chasser, pêcher, combattre, et passa le reste de son apprentissage à expérimenter de nouveaux trucs.
« Et ça t’avance à quoi, de rester immobile, une patte au-dessus de l’eau, alors que tu pourrais pêcher ces poissons ? »
« Parce que quand on en pêche un, les autres s’enfuient, alors que s’ils croient que l’ombre qu’ils voient est inoffensive, ils se rassemblent et on peut en pêcher plusieurs d’un coup. »

Quand il parlait de Nuage Roux, son mentor souriait d’un air fier. Son apprenti était intelligent. Il expérimentait, il découvrait de nouvelles techniques de chasse, et mieux que ça, il les partageait avec le reste des apprentis. Pour lui, il était naturel que ses découvertes profitent aux autres, et à l’ensemble du Clan. L’ensemble du Clan, d’ailleurs, allait encore s’agrandir. Ses parents attendaient une nouvelle portée ! Bientôt, sa famille allait s’étoffer un peu, et il espérait qu’il y aurait au moins deux chatons. Pour avoir grandi chaton unique, il sait ce que ça fait d’être parfois seul et de s’ennuyer parce que les autres préfèrent jouer en famille ! Quand vint la nouvelle portée, Nuage Roux était en entraînement de combat avec son mentor, ce qu’interrompit un apprenti surexcité.
« Nuage Roux, Nuage Roux, ça a commencé ! »
Après avoir obtenu l’accord de son mentor, le chat roux avait filé ventre à terre vers la pouponnière, pour trépigner d’impatience à l’extérieur. Même si tout le monde sentait monter la tension, il savait qu’il serait le premier à aller voir les nouveaux chatons, vu qu’il s’agissait de sa mère. Quand le guérisseur sortit de la pouponnière, en annonçant la venue au monde d’un nouveau chaton en bonne santé, Nuage Roux sentit en lui un curieux mélange d’excitation et de déception. Il avait un petit frère ! Mais ce dernier se sentirait bien seul pour jouer … Premier à s’engouffrer dans la pouponnière, il fondit devant le petit chaton qui se serrait contre sa mère en miaulant d’un air angoissé. Nuage Roux venait d’atteindre sa première année. Et il avait un petit frère. Dans un geste tendre, il frotta son museau contre le nouveau chaton en ronronnant d’un air apaisant.
« Ne t’inquiète pas, petit frère. Je viendrais jouer avec toi, moi. »
Le soir même, au moment où le meneur grimpait sur le promontoire pour nommer son petit frère, Nuage Roux était assis au premier rang, entre son père et son mentor. Il faisait presque la même taille qu’eux, alors qu’il n’était apprenti que depuis six lunes. Lorsque le meneur prononça enfin le nom de son petit frère – Petite Fougère – Nuage Roux fut le premier à crier son nom d’une voix très fière et vibrante d’émotion. Il avait enfin un petit frère.

* * * * *
Nuage Roux trépignait d’impatience. Il y a plusieurs semaines de cela, son mentor avait inopinément laissé glisser dans une conversation qu’il parlerait de son apprenti au meneur. Ca ne pouvait vouloir dire qu’une chose. Il allait devenir guerrier ! Guerrier, bon sang ! En attendant sa nomination, vu qu’elle ne savait pas quand elle arriverait, Nuage Roux s’occupait, portant spontanément de la nourriture ou de l’eau aux anciens, leur enlevant leurs tiques à la bile de souris sans rechigner, s’incrustait dans les patrouilles et les expéditions pour remplir leur réserve de nourriture, et surtout, il passait par la pouponnière pour jouer avec Petite Fougère, son frère débordant d’énergie.
« Hééé, tu me montres comment on attrape le poisson ? »
« Encore ?! Mais je te l’ai déjà montré hier, Petite Fougère ! »
« Mais ouiiiii, mais j’ai pas bien compris, allez, montre-moiiii, s’il te plaîîîît … »

Et avec un soupir, il s’exécutait. Au moins, pendant qu’il occupait le petit, Patte de Lierre avait la paix, et pouvait partir chasser avec les autres guerriers, ce qu’elle appréciait à sa juste valeur. Et immanquablement, ses démonstrations pleines de précisions attiraient les autres chatons, qui voulaient également profiter de ce savoir encore inaccessible qu’un – très très grand – apprenti leur offrait si généreusement. Nuage Roux aimait passer du temps avec son petit frère. Il n’avait beau être qu’un petit chaton, lui-même se rappelait de la frénésie qui prenait la pouponnière quand un apprenti ou un guerrier s’intéressait réellement à eux. Il essayait donc de motiver Petite Fougère, pour que ce dernier trouve le temps moins long. Il ne pouvait pas toujours l’aider, entre les patrouilles, les expéditions de chasse et les assemblées auxquelles il participait, mais il faisait au mieux. Jusqu’à ce qu’il passe guerrier.
« Nuage Rouuuuux, tu viens jouer avec moiiiiii ? »
« Attends, Petite Fougère, c’est important, le chef est sur le promontoire, regarde. »

Ce jour-là, Nuage Roux ne pensait plus du tout à sa propre nomination. Un mois venait de passer, et il était persuadé que c’était pour son frère qui allait passer apprenti. Il en avait presque l’âge ! Alors il avait discrètement regardé les guerriers pour essayer de deviner qui serait son mentor. Et quand il avait croisé le regard brillant de fierté de son mentor, l’information avait été longue à monter au cerveau, avant que le souffle ne lui manque d’un coup. Ce n’était pas pour son frère. C’était pour lui. Alors il se tint là, immobile, à l’endroit où il s’était tenu une année plus tôt. Il n’était plus un apprenti. Il devenait un guerrier.
« A partir de ce jour, Nuage Roux s’appellera Eclat Roux. Le Clan de la Rivière rend honneur à ton courage et à ta loyauté. »

* * * * *
Cela faisait quatre mois qu’il était passé guerrier. Il avait découvert un univers tout autre, et n’avait pas pu passer autant de temps que prévu avec Petite Fougère. Il n’y arrivait plus, il y avait trop à faire. Lui qui pensait que les guerriers chargeaient les apprentis de boulot, il se trompait lourdement ! En réalité, les apprentis avaient beaucoup de temps libre, alors que les guerriers, eux, passaient le temps à chasser et patrouiller ! C’était éprouvant. Mais ça lui plaisait. Il se rappelait encore sa veillée nocturne, assis devant le promontoire, les yeux vers l’entrée. Il était heureux. Même sans apprenti. De toute manière, son tour viendrait, non ? Effectivement, il vint, quand Petite Fougère eut six lunes. Il n’était pas seul, ce jour-là, deux autres chatons, une chatte écaille de tortue et une chatte blanche, allaient être baptisés novices.
« Petite Fougère, depuis ce jour et jusqu’à ce que tu finisses ton apprentissage, ton nom sera Nuage de Fougère. »
Eclat Roux miaula le nom du jeune novice avec les autres, espérant sans trop y croire qu’il serait le mentor de son frère. Cet honneur ne lui fut pas accordé, et le soupçon de déception qui pointait vers lui disparut quand le meneur continua la cérémonie, nommant la petite femelle écaille de tortue et lui trouvant un mentor parmi les vétérans. Il ne restait que la petite chatte blanche, Petite Plume. A tous les coups, elle allait hériter de son ancien mentor, il était libre depuis que son apprentissage était fini. Elle aurait beaucoup de chance, c’était un mentor génial.
« Petite Plume, depuis ce jour et jusqu’à ce que tu finisses ton apprentissage, ton nom sera Nuage de Plume. »
La foule miaula avec enthousiasme pour saluer cette nouvelle novice. Le jeune guerrier néophyte ne s’était, par contre, pas attendu à la suite de la nomination.
« Eclat Roux, tu as été entraîné par l’un de nos meilleurs guerriers. J’espère que tu sauras transmettre ton brillant apprentissage à ta jeune novice. »
Les félins acclamèrent la nouvelle novice et le nouveau mentor. Eclat Roux, surpris, resta immobile quelques secondes, et une bouffée de fierté monta rapidement en lui. Il était mentor ! C’était fantastique ! Juste après la fierté, ce fut la hauteur de la tâche qu’il devait accomplir qui lui tomba dessus. Il devait lui enseigner à se battre, à chasser, à pêcher, à respecter le Code du Guerrier, à … Il n’était pas prêt ! S’avançant vers la petite novice, il effectua la suite de la cérémonie, et se sentit troublé en voyant les yeux brillants d’étoiles de Nuage de Plume. Il ne devait pas la décevoir. C’est pour ça que quelques minutes plus tard, il l’entraînait avec elle, non pas pour s’entraîner, mais se balader dans les terres du Clan de la Rivière, lui montrer les frontières, l’endroit utilisé pour l’entraînement au combat … L’apprentie était ravie. Et lui aussi.
« Tu crois que le chef du Clan, il a vraiment neuf vies ? »
« Bien sûr ! C’est le Clan des Etoiles qui les lui donne à la Pierre de Lune. »
« Tu l’as déjà vue, la Pierre de Lune ? »
« Oui, une seule fois. »
« Elle est comment. »
« Elle brille beaucoup. »

Nuage de Plume se révéla être une apprentie très curieuse, qui posait beaucoup de questions, des pertinentes comme des amusantes. Eclat Roux entra vite dans son jeu en lui répondant avec le sourire, à la grande joie de la novice. D’un coup d’œil, il avait compris qu’elle ne serait pas très grande. Certainement très belle, mais pas très grande. Le contraste entre les deux était saisissant, lui-même étant un sacré géant. Elle avait soif d’apprentissage, et lui pardonnait bien volontiers ces moments où il essayait de lui expliquer quelque chose sans trop y arriver, s’embrouillant dans ses phrases en stressant un peu trop. Nuage de Plume avait conscience d’être sa toute première apprentie. Une apprentie géniale, adorable, douce et sensible, et toujours en train de sourire. Une apprentie qui devint très vite sa plus proche amie, même s’il leur fallut attendre sa nomination en tant que guerrière pour qu’Eclat Roux arrête de se sentir mal à l’aise à propos de ça.

* * * * *
La pouponnière était désespérément vide, avec un seul petit, unique rescapé du mal vert qui avait décimé la population de chatons de leur Clan. Il avait même failli tuer un apprenti ! Heureusement, Nuage de Fougère n’avait rien eu. Lui-même avait été touché, mais un long repos dans la tanière de leur guérisseur, à mastiquer de l’herbe à chat, l’avait aidé à tenir le coup. Nuage de Plume, elle, avait été interdite d'apprentissage pendant quelques semaines, le temps de se remettre du mal vert qui l'avait touchée de plein fouet. Ce qui l’inquiétait, surtout, c’était sa mère. Cette dernière attendait une nouvelle portée. Une nouvelle portée, en pleine saison des neiges ! Ce n’était pas la meilleure des saisons pour mettre bas de nouveaux petits. Et si le mal vert les emportait aussi, et emportait leur mère avec elle ? Heureusement pour la nouvelle portée, Patte de Lierre mit bas un jour d’accalmie. Il faisait très beau, quoique très froid, et quelques rongeurs sortaient timidement la tête de leurs tanières pour aller chercher de quoi manger. Ils avaient de la chance de ne pas être dans le Clan du Tonnerre. Eclat Roux aimait moyennement le goût des rongeurs, après tout le poisson était meilleur.
« Eclat Roux ! Arrête tout et viens avec moi, ça a commencé ! »
C’est pendant qu’il pêchait à la frontière qui les séparait du Clan du Tonnerre qu'un guerrier vint vers lui, lui annonçant que la naissance commençait. Abandonnant son activité, et son observation peu discrète de la patrouille ennemie, il récupéra ses poissons et courut au Camp de la Rivière, rattrapant Nuage de Fougère qu’un autre guerrier avait prévenu. L’attente recommença, comme pendant la naissance de son petit frère. Un mâle, une femelle, les deux peut-être ? Un chaton ou plusieurs ? Nuage de Fougère pépiait, impatient d’en savoir plus, alors qu’Eclat Roux tendait l’oreille pour essayer d’entendre à l’intérieur. Finalement le guérisseur sortit pour leur annoncer la nouvelle. Un seul chaton encore, un mâle, robuste et en bonne santé. Nuage de Fougère lâcha un cri de joie, ressentant la même excitation que son grand frère, bien des lunes plus tôt. Eclat Roux était plus sceptique. Un chaton ? Avait-il la moindre chance de survie, pendant l’hiver ? Quand Nuage de Fougère sortit de la pouponnière, ses yeux brillaient d’une fierté mal contenue. Et ce fut au tour d’Eclat Roux d’aller voir ce nouveau petit frère.
« Tu t’occuperas bien de ton frère, n’est-ce pas, Eclat Roux ? »
« Je ne sais pas trop, maman, je suis guerrier, je n’aurais peut-être pas le temps de jouer avec lui. »

C’est vrai qu’il était mignon, ce nouveau petit frère, avec sa légère fourrure sombre. Eclat Roux, en le voyant, ressentit une bouffée d’amour pour ce petit bonhomme qui venait d’intégrer sa famille. Sa très grande famille. Le Clan de la Rivière. Le soir, quand leur meneur grimpa sur le promontoire pour annoncer le nom du chaton, Eclat Roux était assis avec les autres, et s’amusait de voir Nuage de Fougère trépigner comme un fou, comme lui à son âge. Et lorsque le meneur prononça enfin le nom de son nouveau petit frère – Patte Grise – Eclat Roux, assis très droit, clama avec les autres le nom de cette nouvelle vie.

* * * * *
Patte Grise fit partie des chatons qui survécurent à l’hiver. Sur les sept chatons qui composaient la pouponnière, seuls quatre restèrent en vie à la fin de la saison des neiges. Eclat Roux avait veillé sur la santé de ce nouveau bonhomme. Il apportait de bons poissons à sa mère, s’assurait qu’elle ne manque jamais de rien, et au plus fort de la maladie, quand un nouveau mal vert les avait frappés, il regardait chaque poisson trois fois et choisissait celui qu’il estimait être non porteur du virus, ignorant que le mal vert se propageait par l’air, et non par la nourriture. Mais cela avait un effet bénéfique sur sa mère, qui se retrouvait avec des poissons d’une taille respectable, et qui pouvait en donner à Patte Grise quand son lait venait à manquer.
« Tu devrais passer un peu de temps avec lui, quand même. »
« Je ne peux pas, Nuage de Fougère. Je n’ai pas le temps, vraiment. »
« Tu avais pourtant du temps, pour moi. Pourquoi pas pour lui ? »
« Ce n’est pas pareil. »
« J’ai du lui dire qui tu étais. J’ai du lui dire que tu étais notre grand frère, qu’il y en avait un autre au-dessus de moi. Tu te rends compte ? Eclat Roux, ce chaton ne te connait même pas ! Ce temps que tu avais pour moi, tu pourrais aisément le trouver pour lui, si tu t’en donnais la peine. »

Oui, en effet. Mais il n’y arrivait pas. Patte Grise était tellement petit, et il était tellement jeune ! Deux ans les séparait, mais un monde, également. Patte Grise était un chaton, qui passait son temps à jouer, et lui, il était un guerrier, bardé de responsabilités, qui devait chasser, patrouiller, assurer la protection du Clan … Et assez lâchement, il était heureux que Nuage de Fougère fasse ce qu’il avait fait pour lui, s’occuper de ce petit chaton, lui raconter des histoires, jouer avec lui. Ca n’éloignait que plus encore Eclat Roux de Patte Grise, mais il rattraperait ça. Un jour. Il ne pensait pas si bien dire. Six lunes filèrent assez vite, et un beau jour, le miaulement du chef les ramena tous vers le promontoire, où Patte Grise se tenait bien droit, les yeux pétillants d’excitation. Son baptême d’apprentissage, déjà ?! Eclat Roux se sentit coupable. Il s’était tellement peu intéressé à son frère qu’il n’avait pas calculé la date de son baptême.
« Patte Grise, depuis ce jour, et jusqu’à ce que tu finisses ton apprentissage, ton nom sera Nuage Gris. Eclat Roux, tu as été entraîné par un des meilleurs guerriers de notre Clan et tu as fait un très bon travail avec Plume de Cygne. J’espère que tu sauras transmettre ta loyauté et ton courage à ton nouvel apprenti. »
Ton nouvel apprenti. Mais, il n’avait pas d’apprenti. Quand Cœur de Fougère et Plume de Cygne, passés guerriers quelques lunes plus tôt, scandèrent leurs deux noms, le cœur d’Eclat Roux fit un bond dans sa poitrine. Il était mentor. Il était le mentor de son plus jeune frère. Penchant la tête vers le chaton, il effectua la suite de la cérémonie, un peu hagard. Mentor. Il fallait qu’il en profite pour apprendre à connaître ce petit bonhomme.

* * * * *
Les deux frères durent apprendre à se connaître. Ce fut laborieux. Nuage Gris était intimidé par ce guerrier imposant qui disait être son frère aîné, et Eclat Roux était déstabilisé par le calme apparent du jeune chat qui était son nouvel apprenti. Petit à petit, à force de tâtonnements, les deux frères se rapprochèrent, essayant de mettre leurs âges respectifs de côté. Le guerrier s’efforçait de passer du temps avec l’apprenti, l’emmenant en patrouille ou en expédition de chasse avec lui, lui montrant les mouvements qu’il avait expérimenté tout seul quand il s’ennuyait en tant que jeune apprenti, lui apprit à chasser les rongeurs et les oiseaux en plus de savoir pêcher les poissons, lui enseigna comment bondir souplement sur le côté pour frapper l’adversaire dans le dos … Petit à petit, Nuage Gris, qui n’avait jamais vraiment fréquenté ce trop grand frère, cessa d’être intimidé par sa carrure et la distance qu’il y avait eu entre eux. Et Eclat Roux cessa de voir son petit frère comme un petit chaton à protéger, ce qu’il avait fait pendant ces longues lunes de la saison des neiges, alors que le poisson manquait et que le mal vert décimait leur clan.
« Mais tu étais grand comment, toi, quand tu étais apprenti ? »
« J’étais le plus grand apprenti de la tanière. Je les dépassais tous d’une bonne demi-tête. »
« Et par rapport à moi ? »
« Alors ça, aucune idée. Tu demanderas à mon mentor de l’époque, il te répondra mieux que moi. »

Le point qui rapprochait beaucoup les deux frères était leur grande taille. Nuage Gris, comme Eclat Roux à la même période, était le plus grand apprenti de la tanière, et ce grand frère tombé du ciel était le seul à pouvoir répondre à ses questions. Il ne pouvait pas les poser à Cœur de Fougère, leur autre frère, car ce dernier, bien que d’une taille respectable pour un guerrier, était sensiblement plus petit que Nuage Gris, pourtant plus jeune d’un an que son aîné jeune guerrier. Leurs parents, également, restaient dans les normes raisonnables, et si Cœur de Fougère dépassait légèrement sa mère, Eclat Roux les dominait tous d’une bonne tête. Nuage Gris, pour le moment, était plus petit que lui, mais le guerrier savait qu’en grandissant, il ferait la même taille que lui.
« C’est embêtant, d’être grand. »
« Je trouve ça plutôt pratique. »
« Tu trouves ? On est facilement repérables, on est plus facilement touchables, on devient un peu la cible pendant les combats quand même ! »
« Si tu restes statique au milieu de la mêlée, c’est sûr. Mais si tu fais de ta taille un atout, et que tu deviens dangereux pour ceux qui te combattent, ils seront moins enclins à bondir sur la grande perche qui dépasse tous les autres, surtout s’il fait des dégâts autour de lui. »
« Tu m’apprendras ? »
« Evidemment, grand bêta. Mais d’abord, on doit terminer notre patrouille. La frontière avec le Clan du Tonnerre a besoin de nouveaux marquages, et tant qu’on y est, on pêchera un peu pour remplir la réserve. »

Eclat Roux en était persuadé. Une fois affiné et correctement formé, son plus jeune frère ferait un excellent guerrier. Il fallait d’abord qu’il arrête de complexer sur sa grande taille, et qu’il transforme cette faiblesse en atout dangereux.

* * * * *
Plusieurs évènements marquèrent la vie du jeune guerrier du Clan de la Rivière. Son jeune apprenti, tout d’abord, fut nommé guerrier, après avoir combattu pour aider le Clan à repousser une invasion de solitaires attirés par leurs poissons. Il avait su transformer sa grande taille en force, devenir dangereux pour les solitaires, à tel point que ces derniers hésitaient à approcher les deux matous plus grands que les autres qui faisaient tant de mal à leur petite escouade. Le lendemain soir, il devenait guerrier, passant de Nuage Gris à Vent Gris, un nom qu’Eclat Roux approuvait. Le fait qu’il soit devenu guerrier ne l’empêcha cependant pas de continuer ses patrouilles avec son frère, ou plutôt, avec ses frères, Cœur de Fougère se joignant volontiers à eux, même s’il avait l’impression d’être « le gamin de la bande » en marchant à leurs côtés. Ses deux frères, après tout, le dépassaient largement, et si ça ne le dérangeait pas qu’Eclat Roux soit plus grand, il pestait faussement de voir Vent Gris lui manger sur la tête. Sans faire attention, Eclat Roux se mit à surnommer ses frères. Cœur de Fougère avait droit à petit bonhomme, et Vent Gris héritait du marmot. Gamin, c’était pour les deux. Et quand Cœur de Fougère mourut brutalement, emporté par un combat contre un solitaire et une chute violente contre les cailloux de la berge, Eclat Roux ne comprit pas. Assis à côté de Vent Gris, les deux frères regardaient le troisième, couché sous le promontoire, les yeux fermés, avec l’air de quelqu’un qui dort paisiblement.
« C’est de ma faute. »
« Ne dis pas n’importe quoi, Vent Gris. »
« C’est de ma faute. Si j’avais insisté pour venir … »
« Alors les choses se seraient passées différemment, c’est vrai. Mais Cœur de Fougère ne voulait pas de ta présence. Il voulait chasser tout seul et réfléchir tranquillement. Ce n’est pas ta faute, Vent Gris, c’est de la sienne. On lui a toujours dit que son inattention lui porterait préjudice un jour, et il en riait. Il paie maintenant le prix de sa négligence. »

Vent Gris hocha tristement la tête. Cœur de Fougère avait toujours été son frère préféré, parce que c’était le premier qu’il avait vu en ouvrant les yeux. Eclat Roux ayant agi comme un protecteur amical, mais distant, il s’était rapproché de son second frère, celui qui venait jouer avec lui devant la pouponnière, qui lui montrait comment attraper les poissons, et qui était maintenant étendu là, sans vie, endormi pour l’éternité. Eclat Roux, compatissant, posa sa queue sur celle de Vent Gris, pour lui rappeler qu’il lui restait encore un frère. Lui aussi était triste. Il avait pris soin de Cœur de Fougère, lui avait appris ce qu’il savait, l’avait surveillé, consolé quand il se faisait mal, grondé quand il faisait des bêtises … Il n’aurait jamais imaginé être celui qui se tiendrait à ses côtés pendant la veillée funèbre. Il savait que son frère mourrait un jour, comme tout le monde, mais dans son esprit, c’était ses enfants qui se tenaient là, à sa place. Pas lui. Et alors qu’il se tenait bien droit à côté de ses frères, les oreilles couchées par la tristesse, Eclat Roux se fit une promesse. La mort lui avait pris un frère, il ferait tout pour qu’elle ne vienne pas chercher le second trop tôt.

* * * * *
La mort de leur meneur fut un choc pour le Clan de la Rivière. Trop vieux, selon le guérisseur. Il avait assumé son rôle jusqu’au bout, et s’était éteint paisiblement dans la nuit, alors que la veille encore il donnait des ordres de sa voix fatiguée, formant des patrouilles et des expéditions, boitant avec précaution pour ne pas poser sa patte fatiguée au sol, suivi par le lieutenant de leur Clan qui se tenait prêt à l’épauler s’il titubait. Le Clan avait un profond respect pour leur meneur, qui avait fait passer l’intérêt des siens avant le reste. Sa mort brutale avait désemparé le Clan, mais surtout le lieutenant, qui se retrouvait propulsé au rang de chef soutenu par l’intégralité de son Clan. Il avait été un bon lieutenant, tous approuvaient sa nomination. Le premier geste de leur nouveau meneur fut de choisir un lieutenant, qui s’avéra être l’ancien mentor d’Eclat Roux, un vétéran ancien, expérimenté et sage, mais fatigué. Deux lunes plus tard, ses nouvelles responsabilités le firent plier, et il demanda humblement la permission de rejoindre la tanière des anciens, demande qui lui fut accordée. Le Clan se retrouvait encore sans lieutenant. Et à minuit, quand le chef se jucha sur le promontoire, Eclat Roux se tenait très droit, assis à côté de son frère. Qui serait leur nouveau lieutenant ? La décision lui coupa les pattes. C’était impossible. Il n’y aurait jamais pensé.
« C’est Vent Gris qui me secondera désormais. »
Le morveux, le gamin, son ancien apprenti, son petit frère, venait d’avoir une promotion. Boum, comme ça. La même stupéfaction passa dans leurs yeux, et passa une seconde fois quand ils se regardèrent. Vent Gris. Lui non plus n’y aurait jamais pensé. Trop jeune, trop inexpérimenté, il n’avait eu qu’un seul apprenti, il n’était même pas un vétéran, bla, bla bla … Eclat Roux sourit, et avec un temps de retard, miaula le nom de son petit frère avec les autres. Il n’était pas jaloux. Juste fier. Son petit frère venait d’être propulsé au rang de lieutenant, et le Clan acceptait ça. Pendant la journée du lendemain, Eclat Roux resta aux côtés de son frère, l’aidant sans trop s’en mêler à former les patrouilles quand Vent Gris hésitait. Plus vieux et plus expérimenté, il connaissait les habitudes de chaque chat qui composait le Clan, et le jeune lieutenant s’appuya plus d’une fois sur lui au cours de la journée. Quand le soir fut venu, et que les deux frères se retrouvèrent face à face, partageant un poisson à deux, Eclat Roux décida de le faire décompresser.
« Quand même, je ne comprends pas. »
« Quoi donc ? »
« Comment un sale morveux mal lavé comme toi a pu devenir notre lieutenant. »

Avec un pouffement de rire, Vent Gris lui envoya un coup de patte sur le museau, griffes rentrées. Les propos ironiquement désinvoltes de son frère semblaient lui remonter un peu le moral.
« N’empêche que maintenant, va falloir m’obéir à la lettre, guerrier indiscipliné. C’est moi le supérieur ici. »
« Laisse-moi rire, gamin. Je suis ton frère aîné, je chassais des solitaires quand tu tétais encore maman. Si tu crois que tu peux me donner des ordres, tu te mets le coussinet dans l’œil. »

Vent Gris pouffa à nouveau et envoya un second coup de patte sur le museau de son frère, qui accepta de bonne grâce cette remontrance avec un léger sourire. Non, le fait qu’il soit devenu lieutenant n’y changeait rien. Vent Gris resterait toujours, pour lui, ce petit frère silencieux qui se tournait vers lui sans trop y penser en cas de problème trop important. Et lieutenant ou pas lieutenant, Eclat Roux lui apporterait toujours son aide.

* * * * *
Depuis de nombreuses lunes, des rumeurs couraient dans les quatre Clans, et si Eclat Roux n’avait jamais porté foi aux rumeurs, il fallait avouer que celles-ci l’intéressaient et l’inquiétaient au plus haut point. Ces rumeurs disaient que le Clan du Tonnerre ne suivait plus le Code du Guerrier. Le meneur s’était acoquiné avec la guérisseuse et qu’ils filaient le parfait amour. En d’autres circonstances, il se serait moqué des histoires de chaleur des autres Clans. Mais une guérisseuse, qui est sensé avoir voué sa vie à son Clan, au mépris de ses propres besoins ? Et si le Clan des Etoiles s’en montrait fâché ? Le soir de l’Assemblée, le vétéran du Clan de la Rivière, âgé maintenant de sept ans, espérait en apprendre plus sur ces rumeurs qu’il espérait sans fondement. Il fut désagréablement déçu, en arrivant avec le reste de son Clan, de voir Fleur Sauvage poser sur Etoile Nocturne un regard très facilement compréhensible au commun des mortels.
« Hey, Vent Gris. »
« Hmm ? »
« C’est pas Chant des Vipères, à côté d’Etoile Nocturne et Etoile de Sureau ? »
« Ah, tiens, si. Peut-être qu’elle représente le Clan de l’Ombre comme je représente le Clan de la Rivière ce soir. »
« Tu crois qu’il est mort ? »

Vent Gris lui lança un regard troublé, et haussa les épaules avant de se diriger vers le trio. Parler de mort lui rappelait peut-être la santé déclinante de leur meneur à eux, et la lourde charge qui pesait sur ses frêles épaules de lieutenant. Resté seul, Eclat Roux garda son frère en regard quelques minutes, observateur, et se leva pour chercher un autre groupe quand la lieutenante du Clan de l’Ombre tourna la tête vers lui pour le détailler à son tour. Mieux valait qu’elle ne croit pas qu’il espionne, alors qu’il ne faisait que réfléchir. Quand une douce odeur légère vint vers lui, Eclat Roux s’arrêta pour se tourner vers Plume de Cygne, son amie de toujours.
« Je n’aime pas ça, Eclat Roux. Tu as vu comment elle le regarde ? »
« Moi aussi, ça me gêne, Plume de Cygne. J’ai comme l’impression que ça gêne tout le monde, et plus précisément le Clan du Tonnerre. Regarde-les. C’est moi, où ils n’osent pas regarder leur meneur en face ? »

Plume de Cygne allait lui répondre, mais un miaulement significatif coupa court à toutes les discussions. L’assemblée commençait. Suivant son amie, il alla s’asseoir dans les premiers rangs, laissant passer les félins plus anciens avec respect. Il se retrouva assis à côté d’un vétéran du Clan de l’Ombre, qui le salua d’un mouvement de tête poli. Eclat Roux lui rendit son salut alors que Chant des Vipères s’avançait pour prendre la parole en première. Non, pas Chant des Vipères, Etoile des Vipères. Son prédécesseur était mort, elle était la nouvelle meneuse du Clan de l’Ombre. Hmm. Plus qu’à espérer qu’elle ne soit pas trop sanguine dans ses actions, d’après les rumeurs ce n’était pas une féline facile à vivre. Puis, vint la bombe, quand Etoile Nocturne officialisa les rumeurs qui courraient. Il était bien en couple avec la guérisseuse et …
« Une portée ? Par le Clan des Etoiles, mais ils sont dingues ! »
Et le guerrier vétéran assis à côté de lui murmura doucement le fond de sa pensée. Une portée ! L’assemblée faillit dégénérer. Le ton montait, et d’un coup, la guérisseuse du Clan du Tonnerre bondit sur un guerrier du Clan de l’Ombre, provoquant l’ire de sa meneuse. Le vétéran assis à côté de lui se releva en feulant d’un air agressif, et Eclat Roux bondit sur ses pattes. Non ! Il ne fallait pas se battre ! Pas le soir de la trêve ! Etoile des Vipères venait de bondir sur la guérisseuse, tandis que le meneur du Clan du Tonnerre bousculait un apprenti à la gueule un peu trop grande. L’indignation du Clan de la Rivière était palpable. Ils bafouaient sur le Code qu’ils avaient juré de respecter jusqu’à ce que les étoiles les appellent à eux, et en plus de ça ils attaquaient le Clan de l’Ombre ? Ces deux hérétiques n’avaient-ils donc aucun sens moral ? Etoile de Sureau, le meneur du Clan du Vent, quitta les lieux d’un pas raide et digne. Rassemblant le Clan de la Rivière autour de lui, Vent Gris miaula pour lui demander de revenir. Eclat Roux lança un regard désolé vers l’apprenti et le guérisseur, et rejoignit les siens.
« Vraiment pas génial, pour ma première assemblée en tant que chef de substitution. »
« Ce n'est pas de ta faute, Vent Gris, tu le sais très bien. »
« Plume de Cygne a raison, frangin. Ce n'est pas de ta faute. Le Clan du Tonnerre a fauté, et le Clan de l'Ombre est trop sanguin. »
« Que va-t-il se passer, maintenant, Vent Gris ? »

Le lieutenant tourna la tête vers la guerrière qui venait de l’interpeller, et secoua la tête pour montrer qu’il n’en savait rien. Eclat Roux, curieux, tourna la tête vers le Clan de l’Ombre qui se rejoignait autour de sa meneuse, tournant ostensiblement le dos au Clan du Tonnerre. Le regard de la chatte croisa brièvement le sien, et le vétéran du Clan de la Rivière hocha la tête, les oreilles baissées, pour lui manifester son respect avant qu’ils ne se séparent. La tête de la meneuse bougea. Peut-être lui rendait-elle son salut, ou peut-être affirmait-elle quelque chose à un membre de son Clan. Tournant les talons, le vétéran emboîta le pas aux siens pour retourner dans son foyer. Pas de doute, ça allait jaser au Clan de la Rivière.

* * * * *
Suite à l’Assemblée, le Clan de la Rivière jasait bon train, interrogeant tous les félins qui y avaient participé. Eclat Roux raconta plusieurs fois les évènements de la soirée, devant un public de plus en plus nombreux. La nomination d’Etoile des Vipères, les nouvelles du Clan du Vent, puis finalement l’annonce de Fleur Sauvage et Etoile Nocturne, la colère du Clan du Vent, celle du Clan de l’Ombre … Et quand on lui demandait pourquoi le Clan de la Rivière n’avait pas réagi, Eclat Roux leur rappelait d’un ton posé et calme que Vent Gris n’est que le lieutenant, et qu’en tant que tel, il n’a pas le droit d’impliquer son Clan dans un débat aussi houleux. Enfin. Lieutenant, il ne le serait bientôt plus. La santé de leur meneur se dégradait de jours en jours, il ne quittait maintenant plus la tanière du guérisseur, et c’était Vent Gris qui s’occupait du Clan en s’appuyant sur les guerriers vétérans qui se tenaient prêts à l’aider au moindre signe de faiblesse. Le Clan de la Rivière ne devait pas montrer cette faille énorme aux autres. Certes, tous les Clans avaient maintenant les yeux rivés sur l’hérésie perpétrée au Clan du Tonnerre et l’hostilité affichée du Clan de l’Ombre, mais quand même. Mais un beau matin, le guérisseur sortit en hâte de sa tanière pour entrer dans celle des guerriers, réveiller Vent Gris et expliquer par gestes que le meneur était mort dans la nuit. Le lieutenant se redressa d’un coup, réveillant le reste de la tanière. Et son miaulement impérieux, une fois juché sur le promontoire, réveilla le reste du Clan.
« Notre meneur est mort dans la nuit. »
Il y eut des murmures angoissés. Les chats discutaient entre eux, et d’un coup, tous tournèrent la tête vers leur lieutenant, juché sur son caillou, dont la queue battait avec nervosité, ce qu’il ne parvenait pas à cacher. Eclat Roux réfléchissait à toute vitesse. Avait-il mangé hier soir ? Non, il était trop nerveux, la santé du meneur le tracassait. Il pouvait donc partir chercher ses neuf vies maintenant, et revenir avant minuit pour choisir son nouveau lieutenant. Vent Gris devait être parvenu à la même évidence que lui, ce qu’il affirma en reprenant la parole d’une voix un peu trop forte.
« Comme je n’ai pas mangé hier soir, je vais partir maintenant pour atteindre les Hautes Pierres et revenir avant minuit. Je choisirai mon lieutenant immédiatement après. »
Nouveaux murmures, d’assentiment cette fois-ci. Vent Gris semblait savoir ce qu’il faisait, ça rassurait le reste du Clan. Eclat Roux avait l’impression d’être le seul à voir l’angoisse qui volait autour de lui, comme des vautours dans le désert. Quand il bondit du promontoire, le guerrier roux s’approcha de lui, gardant ses inquiétudes pour lui, ne laissant paraître qu’une indifférence placide. Vent Gris ne fut pas dupe cependant, et de la gratitude passa brièvement dans son œil valide quand il vit son grand frère s’approcher d’un pas tranquille.
« Je peux t’aider ? »
« Oui, tu pourrais rassembler les autres vétérans et organiser les patrouilles et les expéditions avec eux ? La réserve de nourriture n’est pas très pleine, et notre marquage avec le Clan du Tonnerre n’a pas été renouvelé. »
« Et avec le petit problème que pose le Clan du Tonnerre … »
« Exactement. Ils ont déjà bafoué une des lois du Code du Guerrier, ils pourraient très bien en bafouer d’autres. »

Eclat Roux hocha posément la tête. Patrouilles, balisages, expéditions de chasse, et éventuellement envoyer les apprentis gratter de la mousse sur les arbres pour nettoyer la pouponnière. Rejoignant leur guérisseur, Vent Gris s’éloigna avec lui. Préoccupé, Eclat Roux le fixa quelques secondes, et alors qu’il allait s’engager dans le passage, le chat roux se redressa pour apostropher son frère.
« Eh, gamin ! »
Sachant très bien que c’était lui qu’il appelait, Vent Gris se retourna d’un air surpris. Il ne l’avait plus appelé gamin depuis la mort de Cœur de Fougère.
« Si t’es pas revenu à minuit, je fais un coup d’état, pigé ? »
« Un vieux débris comme toi, chef de Clan ? J’aimerais bien voir ça, tiens ! »
« Une seule seconde de retard, et tu feras pas que le voir, sale morveux ! »

Après un temps de surprise, quelques rires passèrent dans le campement. Et quand le lieutenant quitta les lieux avec le guérisseur, Eclat Roux rejoignit les autres vétérans pour leur communiquer d’un ton très calme les derniers ordres laissés par son frère.

* * * * *
La journée était presque finie. Vent Gris devait avoir atteint les Hautes Pierres depuis longtemps, maintenant, et Eclat Roux s’inquiétait de ne pas le voir revenir. Il avait fait appliquer ses ordres à la lettre, rassemblant les vétérans autour de lui, et ensemble, ils avaient formé des patrouilles pour la journée, des expéditions de chasse pour remplir le campement, et avait même réussi à envoyer quelques apprentis ramasser de la mousse sur les arbres pour la pouponnière et la tanière des anciens. Les roulements de patrouille s’effectuaient sous son œil attentif. Il aurait du en rejoindre une, il le savait, mais il n’y arrivait pas. Et si son frère revenait quand il était absent ? Et s’il lui était arrivé malheur en chemin ? Et si le Clan du Vent avait refusé de les laisser passer ? Quoique, cette éventualité était très mince. Vent Gris n’appartenait pas au Clan du Tonnerre. Ils auraient refoulé Etoile Nocturne ou Fleur Sauvage en montrant les crocs, mais aucun grief ne les opposait au Clan du Vent.
« Arrête de t’inquiéter, idiot. Il va revenir. »
Eclat Roux lâcha un rire bref, et se permit une lèche amicale sur l’oreille blanche de Plume de Cygne, qui venait de s’asseoir à côté de lui.La petite chatte blanche lisait en lui avec une facilité déconcertante. L’air calme et imperturbable qu’il affichait trompait tout le camp, laissant croire aux autres que le frère du futur chef était très confiant quant à leur organisation durant l’absence de Vent Gris, mais seule Plume de Cygne pouvait voir qu’il était trop immobile, trop tendu.
« Puis s’il ne revient pas, tu fais ton coup d’état, tu deviens notre chef, et comme tu m’aimes beaucoup, tu me choisis comme lieutenant. »
« Oh, oui, puis tu mets des baies d’if dans mon poisson pour m’assassiner et prendre ma place. »
« Zut, mon plan machiavélique a été découvert. Je me rends, monsieur le guerrier. »

Les deux vétérans échangèrent un ronronnement amusé, et Plume de Cygne le poussa de l’épaule pour le faire réagir. Elle avait raison. Son frère allait revenir. Collant un peu plus ses pattes avant l’une contre l’autre, il se redressa légèrement, observant deux apprentis qui entraient dans le campement en traînant de la mousse avec eux. Les reines allaient être ravies. Plume de Cygne posa sa queue blanche sur la sienne avec douceur, avant de reprendre la parole.
« Dis-moi ce qui te tracasse. »
« Le Clan du Tonnerre. Ils ont bafoué une règle importante du Code du Guerrier, quand leur guérisseuse a avoué sa portée à venir. L'amour est difficilement condamnable, mais une portée ! Pour une guérisseuse ! Qu’est-ce qui les empêcherait de bafouer les autres règles dans la foulée ? De profiter de l’absence de notre meneur pour nous attaquer en traître ? Seul le Code du Guerrier empêche les Clans de sombrer dans la décadence. Maintenant qu’ils ne le respectent plus, que peut-on attendre d’eux ? »

Plume de Cygne eut une légère moue, qu’elle rendit discrète parce qu’elle avait conscience que le reste du Clan les observait du coin de l’œil. Eclat Roux restait bien droit, surveillant du coin de l’œil le mouvement des félins. Il n’était pas le seul ainsi. Assis près de la tanière du guérisseur, un autre félin faisait de même. Minuit s’approchait lentement, et il n’était toujours pas revenu. Eclat Roux sentait sa nervosité monter doucement. Au moment où savait qu’il ne pouvait pas la contenir plus longtemps, que ses oreilles commençaient à se coucher d’angoisse pendant que sa queue battait le sol dans un rythme soutenu, Vent Gris fit irruption dans le campement, attirant à lui tous les regards. Bondissant un peu trop vite de la place où il était assis depuis des heures, le vétéran traversa tout le campement pour se planter devant le chat gris.
« Hmmm. Mouais. T’as eu de la chance. Encore un peu plus, et … »
« Va donc dormir dans la tanière des anciens, veux croûton. »

Les deux frères échangèrent un même sourire, et Eclat Roux se décala pour laisser passer son cadet, qui bondit souplement sur le promontoire. Il garda le silence quelques secondes, son Clan le fixant du regard avec curiosité.
« Notre voyage s’est bien passé. Nous n’avons croisé absolument personne. J’ai rencontré nos ancêtres, qui m’ont donné mes neuf vies de chef. Je suis à présent Etoile des Vents, meneur du Clan de la Rivière. »
Des miaulements accueillirent l’annonce de leur nouveau meneur. Etoile des Vents ? Eclat Roux était pourtant persuadé qu’il allait s’appeler Etoile Grise. Mais que peut savoir ce que le Clan des Etoiles a derrière la tête, si ce n’est lui-même ? Etoile des Vents attendit quelques instants que les acclamations se calment, avant de reprendre la parole d’une voix posée.
« L’heure est venue pour moi de prendre un lieutenant. J’annonce ma décision devant le Clan des Etoiles, afin que les esprits de nos ancêtres entendent et approuvent mon choix. »
Silence. Le Clan de la Rivière au grand complet était suspendu aux lèvres du nouveau meneur, et Eclat Roux pouvait presque sentir la fourrure brillante d’étoiles de Cœur de Fougère se presser contre la sienne.
« C’est Eclat Roux qui me secondera désormais. »
Les acclamations reprirent de plus belle, pendant que le vétéran clignait des yeux, surpris. Il ne s’y serait pas attendu. Jamais, en fait. Il n’avait même pas pensé à l’éventualité que le nouveau meneur le choisirait, lui. Que son petit frère aurait besoin de son aide pour diriger le Clan de la Rivière. Après quelques secondes, il esquissa un léger sourire.
« Bon. Mon repos tant attendu dans la tanière des anciens ne sera pas pour tout de suite, alors. »
Les chats alentours miaulèrent quelques rires. L’harmonie était revenue. Ils avaient un chef fort, en bonne santé, et un lieutenant vétéran, qui avait livré de nombreuses guerres.
« Commence à surveiller tes poissons, Eclat Roux. »
Le chat roux grogna, et poussa Plume de Cygne d’une bourrade avec un sourire amusé. La chatte blanche tendit la patte pour le faire trébucher, et le laissa partir quand il rejoignit son frère pour lui raconter ce qu’il s’était passé dans le camp en son absence. Le compte-rendu fut rapide, et Etoile des Vents passa quelques secondes à fixer le vide.
« Il y a quelque chose que je ne comprends pas. »
« Quoi donc ? »
« Qu’est-ce qui a bien pu me passer par la tête quand j’ai décidé de nommer un vieux crouton comme mon lieutenant ? »

Eclat Roux pouffa de rire et bouscula son petit frère du bout de la patte.
« Ca ? Oh, c’est juste parce que t’es un gamin. Et tu sais ce que ça fait, un gamin ? »
« Non, dis-moi. »
« Ca va demander de l’aide à son grand frère à la moindre difficulté. »

Etoile des Vents éclata de rire, faisant se tourner quelques têtes vers eux. Il étouffa son rire incongru pour pousser le lieutenant du bout de la patte. Eclat Roux était heureux. Son frère était revenu, et même si neuf vies l’habitaient maintenant, rien n’avait changé entre eux.




▬ L'écrivain derrière l'écran ▬
Je suis en quelques mots ▬
    Euh ... Un champignon. Whovian. Brony. Féministe. Lapin. Ouais, y en a qui me surnomment lapinou sur le site où je bosse, parce que mon avatar c'est un lapin trop choubidou avec des grosses lunettes de hipster.

J'ai découvert le forum via ▬
    Via deux pubs sur Facebook. Alors comme ça polluait violemment, je suis allée voir. Et j'ai vu Kachicoré le soleil vient de se lever ♪ et Mocerino. C'était trop tentant.

Mon avis ▬
    Euh, je, je vais être très méchante mais j'aime pas trop la fiche de présentation, et le BLOC ÉNORME au début. C'est pas très très beau. Sinon je vous aime, et je pose des Granola sur la table en guise d'offrande pour que vous les mangiez au lieu de me manger moi.

Code:
Je déteste me laver (bon en fait c'est faux parce qu'après on pue et c'est anticharisme quand même, comme imaginer un vampire faire popo)

_________________





Dernière édition par Éclat Roux le Mer 20 Aoû - 16:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Vos félins ♥
PUF ▬: Kachi'
Nom(s) ▬: Étoile des Vents & Petite Légende
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Éclat Roux — Méfiez-vous de l'eau qui dort.   Mer 20 Aoû - 9:52


Bienvenue, cher grand frère champignon 8D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kachiwho.deviantart.com
avatar


Vos félins ♥
PUF ▬: Nocty
Nom(s) ▬:
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Éclat Roux — Méfiez-vous de l'eau qui dort.   Mer 20 Aoû - 15:37

Bienvenue ! Quelle présentation °°

_________________


Petite Raison:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Boule de Miel
Administratrice ◊ Chef du Tonnerre.


Vos félins ♥
PUF ▬: Croket ▬ Cro'.
Nom(s) ▬: Étoile Nocturne ▬ Poussière de Soleil ▬ Petite Rivière ▬ Atome.
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Éclat Roux — Méfiez-vous de l'eau qui dort.   Mer 20 Aoû - 16:14

Bienvenuuue ! Chouette matou ! :)

Le code est faux... Et le reste me semble tout bon, même si j'aurais tendance à vous encastrer dans un mur puisque personne ne sait lire correctement mais bon c'est pas grave o/"

Donc réfléchis mieux pour le code et tu seras validée ! ^^

_________________
Boule de Miel
    Boule de Givre, Petite Étincelle are coming soon. ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://punk-wolf.forums-actifs.com/
avatar
Eclat Roux
Nouveau-né !


Vos félins ♥
PUF ▬: Champifeuille.
Nom(s) ▬: Eclat Roux (lieutenant du Clan de la Rivière).
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Éclat Roux — Méfiez-vous de l'eau qui dort.   Mer 20 Aoû - 16:21

Marchi Kachicoré et Grive ♥

Boaaah j'avais tout mis pour la petite blague, c'est tout, mais bon puisque ça pose problème j'enlève les faux et je garde que le bon, pas de sushis ♥
Et pour la partie barrée, bah, je, j'avais cru qu'il le balançait moi :v Je vais aller relire pour être bien sûre.

Edit - D'accord, je m'excuse, je ne sais pas lire ♥ Je vais modifier le passage en question.
(et modifié ~)

_________________





Dernière édition par Éclat Roux le Mer 20 Aoû - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Boule de Miel
Administratrice ◊ Chef du Tonnerre.


Vos félins ♥
PUF ▬: Croket ▬ Cro'.
Nom(s) ▬: Étoile Nocturne ▬ Poussière de Soleil ▬ Petite Rivière ▬ Atome.
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Éclat Roux — Méfiez-vous de l'eau qui dort.   Mer 20 Aoû - 17:14

Merci beaucoup ♥

Bah pour la blagounette, on t'as devancé :P Tu es donc validée, bon jeu avec ton matou ! Je réclame un rp d'ailleurs ! :)

_________________
Boule de Miel
    Boule de Givre, Petite Étincelle are coming soon. ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://punk-wolf.forums-actifs.com/
avatar
Nuage de Chrysalide
Administratrice ◊ Ex-Guérisseuse du Tonnerre


Vos félins ♥
PUF ▬:
Nom(s) ▬:
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Éclat Roux — Méfiez-vous de l'eau qui dort.   Jeu 21 Aoû - 10:06

Bienvenue à toi ! =D

_________________

MERCI FOURNISSEUR DE MILLE-FEUILLE <33333
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warrior-story.forumactif.org

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Éclat Roux — Méfiez-vous de l'eau qui dort.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Éclat Roux — Méfiez-vous de l'eau qui dort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton fighting Corruption: Méfiez-vous de son accolade qui dit tout
» Règle n°3 : méfiez-vous des toilettes ✗ le 24/02 vers 14h58
» Méfiez-vous du loup qui dort... {Louis-Victor de Mortemart}
» Méfiez-vous de l'eau qui dort!
» Louise • Méfiez-vous de l'eau qui dort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Warrior's Story :: WHO ARE THEM ? :: WHO ARE YOU ? :: EN CIRCULATION. :: CLAN DE LA RIVIÈRE.-