AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Feuille Endeuillée
Nouveau-né !


Vos félins ♥
PUF ▬: Raphie ➳ Dieu
Nom(s) ▬: What ?
Légende ▬:

MessageSujet: Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM   Mar 5 Aoû - 21:12

My head is jungle

La lune. Satellite naturel tournoyant autour de notre bonne vieille planète. À l'image du clan du Tonnerre actuellement, sa surface était littéralement recouverte de trous. Que dis-je, de cratères. Une piètre allure. Mais la torturée aimait son éclat. Il en émanait une certaine mélancolie inspiratoire.Silence. La jeune chatte dans sa tanière avait entendu toute l'histoire de l'assemblée.Pathétique. Les foudroyés, comme ils étaient prénommés dans son clan, s'étaient humiliés. La belle affaire. Si Elle aurait vu ça, elle aurait tué sans nul doute les deux parjures. Peut être Étoile Nocturne et Fleur Sauvage pouvait se réjouir qu'Aude à la Mort ne soit plus de ce monde. La guerrière ne pût réprimer un sourire. Les yeux se fermèrent et elle laissa enfin ses muscles se relâcher. Elle remercia en silence sa meneuse de ne pas lui avoir imposé cette assemblée désastreuse. La foule. Les regards. Non elle n'en voulait pas. Elle avait déjà bien assez de mal comme ça a fuir les mâles de son propre clan. Cruels sont les gènes de lui avoir donné la beauté de sa mère. Mais plus cruel encore de lui avoir donné cette peur bleue du contact physique. Pas besoin de dessin. Ce n'est évidement pas une peur touchant un simple effleurement de deux corps. C'était plus poussé. Aussi la féline essayait d'éviter au maximum de côtoyer les mâles. De plus, ormis rouler des muscles pour impressionner les simples d'esprits, les guerriers ne savent pas faire grand chose. Une preuve dîtes-vous ? Étoile Nocturne.
Un. Deux. Trois.
Elle avait passé sa journée a la chasse. Un campagnol par ici, une souris par là. Elle essayait d'éviter le camp. Ou plutôt le clan. Elle se faufilait tôt le matin espérant croiser personne. Asociale ? Sûrement. Que la vie est pathétique. Fut un temps ou elle se demanda pourquoi cette existence. Mais à cette question elle trouva rapidement la réponse. Sa mère avait eu besoin d'une copie d'elle même. D'une relève.Merci. Elle vit une silhouette jaillir de l'antre des guerriers. Son frère. Lui. Il s'avança vers elle. Il s'assit et regarda la lune en sa compagnie. Puis se tourna vers elle et guetta un moindre signe d'affection qu'elle pourrait lui témoigner.
« Ne peux-tu donc pas ressentir de l'affection pour moi ?»
Elle se retint de rire mais cela se vit sur son visage qu'elle en avait envie. Envie de rire a gorge déployée devant son frère, ce minable toujours aussi apeuré de la solitude. Toujours accroché comme une sangsue a l'idée que l'amour puisse exister. Elle le haïssait de tout son âme et n'allait pas chercher à le lui cacher. Il était tellement pathétique.
« N'as tu donc aucun respect pour ta famille ? Je ne suis pas ton ennemi End. Mais je vois la vie différemment. Si tu te faisais des amis tu verrais bien toi aussi que maman avait tort.»
De la haine pure jaillit dans les entrailles de la guerrière. Maman. elle ne se retint pas et fit volte face avant de le plaquer au sol sans qu'il puisse se dégager. Elle planta ses griffes et plongea son regard fou de colère des les yeux ignares du félin.
« Maman ? Es tu donc encore ce pauvre matou pleurnichard ? Non je ne t'aime pas. Tu me répugnes autant que notre géniteur fut haït par notre mère. Tu n'es qu'un lâche qui a brisé la promesse que nous lui avions faite. Tu es comme eux, un imbécile de première classe. Tout ce qui émane de toi me révulse. Tu n'es pas ma famille.»
Elle le relâcha et l'envoya bouler a l'autre bout de la clairière. Elle garda ses yeux plantés dans ceux de son frère, effaré, horrifié. Il l'avait trahie.
« Tu m'as trahie comme tu l'as trahie Elle. Tu as choisi ton groupe de matous immatures, restes donc avec. Je n'ai pas de famille. Je n'ai jamais eu de frère.»
Les larmes coulaient sur les joues du guerrier et il s'enfuit dans l'antre des guerriers. Si la féline était certes le plus souvent de son temps silencieuse, elle ne pouvait contenir sa haine devant ce pleurnichard pour qui elle ne ressentait que du mépris.
Un. Deux. Trois.
Soudainement épuisée et vidée, elle se laissa glisser au sol. Elle se remémora sa conversation avec Étoile des Vipères et ressentit pour la première fois une pointe d'envie. Si la meneuse était à part, hors de la normalité, elle avait au moins une fratrie a qui elle pouvait faire confiance sans hésitation. Comme Feuille Endeuillée aurait aimé que son fraternel la soutienne. Mais non au lieu de ça il se contentait de parler sur elle avec les autres. De l'abandonner. Furieuse elle planta ses griffes dans le sol et laboura la terre. La trahison avait un goût amer. Sa mère lui avait pourtant dit ne faire confiance a personne, pas même a sa famille. Le mal peut venir de partout. Elle entendit des pas feutrés et redressa les oreilles sans pour autant décoller son museau du sol. Elle reconnu l'odeur du guérisseur qu'elle salua d'un pivotement d'oreille. Elle gardait son regard perdu dans le vide. Elle le sentit s'allonger près d'elle. Elle ne bougea pas. Elle ne brisa pas ce silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Vos félins ♥
PUF ▬: Deathy.
Nom(s) ▬:
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM   Jeu 7 Aoû - 21:25



Now I'm no psychiatrist,
I'm no doctor with no degrees.



La nuit l’inspirait nettement plus.
Il adorait sortir du camp à ce moment là, se dégager dans les tréfonds de la forêt quelques instants, revenir, se sentir libre. L’Ombre, gouverné par ses deux sœurs, lui offrait la possibilité de pouvoir fuguer la nuit sans se prendre de retour négatif. Après tout, qui hurlerait pendant la nuit ? Normalement, tout le monde était sensé dormir.
Il trainait les pieds dans la poussière, tendant les oreilles, attentif à chaque bruit de la population nocturne. Chouettes et chauves souris le fascinaient et l’adoraient, soudainement. Il se sentait comme en extase, souriant bêtement. L’appel du camp le retentissait plus dans ses oreilles, seulement une grande envie de profiter de ces quelques instants de liberté. Il ne croyait pas aux Etoiles, mais le respect de son lieu de vie était une chose primordiale pour lui. Esprit des Chimères jeta un petit regard vers le QG de l’Ombre avant de s’en rapprocher. Après tout, s’il se faisait attaquer en pleine nuit par un prédateur, il n’aurait rien pour se défendre. L’envie de liberté n’était pas une excuse valable pour les autres.

Feuille Endeuillée. Il la vit à terre avec un autre guerrier, griffes sorties. Ils parlaient de famille, de trahison, et à en entendre le ton de la guerrière, son fraternel devait lui avoir pourri la vie. Esprit des Chimères eut un sourire de coin. Lui, il pouvait compter sur Etoile des Vipères et Âme Bohème. Le côté maternel de la première et le positivisme de la dernière lui suffisait pour arriver à se hisser vers des sommets. A trois, ils s’entraidaient et ils étaient comme une sainte trinité, à s’échanger des flux d’énergie pour survivre aux autres qui les méprisaient par leur marginalité. C’était leur force, et leur faiblesse : si un membre se cassait la figure, tout le reste chutait. Elle regarda la femelle s’énerver, griffer le sol, s’allonger, prise de rage. Il restait dans l’ombre, à l’observer sans rien dire, le regard inexpressif. Il adorait observer les humeurs des autres, il se sentait comme un psychanalyste, attentif à chacun de leurs mouvements pour mieux les analyser et les comprendre.
Guérisseur jusqu’au bout des pattes, le garçon, oui oui.

Il se décida à approcher doucement. Inutile de faire beaucoup de bruits, les guerriers dormaient et le silence était une belle chose. Il affichait son sourire un peu étrange, qui ressemblait à un rictus ou bien à une barre bizarre sur son visage.

« Soudaine envie d’arracher le sol ? »

Il soupira et alla s’installer près de la guerrière. Les gens avec des soucis familiaux l’attristaient. Il avait l’habitude d’être chanceux sur le coin famille et malchanceux en amour (heureusement, en tant que guérisseur !). Il ne connaissait pas son fraternel, mais avait cru comprendre une histoire de trahison. Il n’imaginait pas sa vie sans sa propre fratrie, et encore moins avec une explosion familiale dû à une trahison.

« Ou une soudaine envie de massacrer un frangin ? » déclara - t - il d'une voix complètement neutre.

Il eut un petit sourire de coin et leva la tête vers la lune. Feuille Endeuillée avait la réputation d’être une femelle taciturne. Manque de chance, Esprit des Chimères avait l’habitude avec ce genre de félins. A la fin, il finissait clouer au sol ou bien en psychologue.
Entre ces deux cas, il préférait le premier.
Il était moins dur à vivre.

Spoiler:
 

_________________
Je hais les dormeurs. Ce sont des morts qui n’ont pas dit leur dernier mot. Ils méconnaissent la nuit quand elle est pleine ▬ Violette Leduc.

MERCI MA LOOFY <3.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Feuille Endeuillée
Nouveau-né !


Vos félins ♥
PUF ▬: Raphie ➳ Dieu
Nom(s) ▬: What ?
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM   Lun 11 Aoû - 21:21

My head is jungle

Le scarabée rhinocéros. Un étrange petit insecte qui est de couleur brun rougeâtre ou châtain plus ou moins foncé, d'aspect vernissé. Oh il n'est pas bien grand, Sa longueur varie de 20 à 40 mm, néanmoins cela en fait l'un des plus gros coléoptères qui se rencontrent sur ces terres. La tête du mâle est surmontée d'une longue corne recourbée en arrière, d'où son nom de rhinocéros.
La Belle compare souvent certains félins des clans à ces étranges petites créatures car, pendant la saison des amours, il utilise comme arme sa corne pour soulever son adversaire puis le projeter au sol. L'enjeu du combat ? Le droit de s'accoupler avec la femelle. Les félins certes, n'ont pas de cornes mais utilisent leurs crocs, leurs griffes ou même les muscles.
C'est exactement ce petit être vivant qui passa devant les pattes de la jeune guerrière quand le guérisseur se posa à ses côtés.
Un. Deux. Trois.
Elle n'avait pas pour habitude de se donner en spectacle, non en général elle ne disait rien. Elle se contentait d'observer, silencieusement, bien sur.
« Soudaine envie d’arracher le sol ? »
Elle n'exprima son amusement que par le frémissement de ses moustaches. Il est en effet très courant qu'un chat s'intéresse au jardinage. Pas plus tard qu'hier elle plantait des fleurs. Ah non autant pour moi elle déterrait de sous un bosquet de fleur sa prise un peu plutôt attrapée. Cela lui rappela vaguement cette chatte coquette qui, a l'époque où Feuille Endeuillée n'était que Patte Endeuillée, aimait par dessus tout ramener des fleurs dans sa litière. Cela embaumait l'antre des guerriers d'une odeur parfois si forte qu'on préférait dormir dehors. La petite depuis la pouponnière la voyait revenir le soir avec ces ballots de fleurs.
Un. Deux. Trois.
Redevenons sérieux. Après tout la guerrière ne connaissait rien d´autre ormis le sérieux.
« Ou une soudaine envie de massacrer un frangin ? »
Elle planta plus intensément ses griffes dans le sol. Et voilà. Tout ce qu'elle n'aimait pas dans la vie de clan se résumait a cette phrase. Tout le monde se mêle de tout. Elle ne pouvait pas en vouloir au guérisseur qui, lui, avait une fratrie soudée d'être curieux d'une fratrie haineuse. Néanmoins elle aurait voulu garder cette altercation pour elle, comme toujours. Mais Esprit des Chimères était sans doute comme sa sœur, un des rares a ne pas sous estimer la valeur des mots. Aussi elle desserra les crocs et rentra quelque peu ses griffes.
« Tout le monde ne naît pas dans l'harmonie solidaire qui unit ta fratrie, Esprit des Chimère.»
De la jalousie ? Non plus maintenant. Feuille Endeuillée aimait la solitude, ne plus à avoir de trouillard dans les pattes l'arrangeait. Elle devait faire sa route comme elle le sentait, et ce serait sans son frère. Elle reposa son museau sur le sol et regarda l'insecte poursuivre sa route. Elle laissa un peu de temps avant de poursuivre la discussion. Elle n'était guère une mordue de la blablote.
« La nuit est bien calme ce soir. L'est elle pour autant pour l'incorrigible Étoile Nocturne ? Je sens ta haine pour sa compagne jusqu'ici.»
Lasse elle soupira. Elle avait a sa droite un lapin qu'elle avait traine du tas de gibier. Elle avait chassé toute la journée et pouvait enfin se permettre de se restaurer. Elle l'attrapa et le mît devant le guérisseur et elle. Quitte a partager un repas avec quiconque, autant avec un chat d'esprit.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Vos félins ♥
PUF ▬: Deathy.
Nom(s) ▬:
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM   Mar 19 Aoû - 20:15



welcome to the jungle !


« Tout le monde ne naît pas dans l'harmonie solidaire qui unit ta fratrie, Esprit des Chimères. »

Le chat écaille sourit. Visiblement, il avait ce flair que les guérisseurs se devaient d’avoir. Il jeta un œil vers la tanière des guerriers où son fraternel avait fuit après l’attaque de sa frangine. Il se voyait mal se disputer avec Âme Bohème ou Etoile des Vipères, il ne s’en remettrait pas. Feuille Endeuillée semblait passionnée par un pauvre scarabée qui passait. Le guérisseur ne tenta même pas d’essayer d’y voir un message. Non. Elle n’était pas du genre à identifier les gens. Oui. Non. Non ? Non. Oui.

« La nuit est bien calme ce soir. L'est elle pour autant pour l'incorrigible Étoile Nocturne ? Je sens ta haine pour sa compagne jusqu'ici.
- Je ne suis pas le seul à avoir du flair, visiblement. »


Sa réponse était tranchante. Ca y est, la rivalité ancestrale était revenue ? L’Ombre contre le Tonnerre ? Le bon contre le mauvais ? Cette fois, qui avait le bon rôle ? D’un côté, Etoile des Vipères et Esprit des Chimères avaient été les plus acharnés à l’assemblée pour faire le procès de ce couple incongru. Pas étonnant que tous les guerriers de l’Ombre, du Tonnerre, et de Cerfblanc entiers leur tombent dessus avec ce sourire « Oh, vous haïssez Etoile Nocturne et Fleur Sauvage n’est – ce pas ? ». Cerfblanc était peuplé de divins penseurs, dis donc. Combien de fois devait – il le répéter, le recracher, ressasser le fond de sa pensée. Il n’avait rien contre l’amour, il aurait été criminel de le condamner. Il détestait cependant qu’on supprime les lois pour justifier ses crimes. Selon lui, si Etoile Nocturne et Fleur Sauvage commençaient comme ça, rien n’était fini. Ils allaient supprimer le code des Guerriers et ils allaient finir dans le chaos, celui décrit du haut du Promontoire par Nuage de Chrysalide. Un couple alpha, deux lieutenants, … Cette vision le hérissa. On ne touchait pas aux lois ancestrales pour se faciliter la vie, simplement. Il en aurait encore parlé à Cerfblanc avant, demandé leur avis, soit. L’imposer, c’était une atteinte à leur liberté.

« Je ne hais pas Fleur Sauvage. Ni Etoile Nocturne. Du moins, pas comme tu l’entends. »

Autant mettre les choses au clair. Il détestait l’idée même de s’imaginer étiqueter comme un monstre sans sentiment. L’idée qu’il voulait faire passer était d’un cynique, pas un monstre. La différence était remarquable, chers amis.

« Je hais juste qu’on touche aux lois et qu’on mette un Clan en danger. Qu’ils s’aiment, qu’ils se dévorent des yeux, c’est leur problème ! Mais quand on parle de rayer une loi avec quelques paroles et d’une guérisseuse enceinte, c’est soit un abandon de poste, soit un abandon des chatons et une reine en plus. Je les trouve irresponsable, c’est tout. »

Il haussa une paupière, comme pour attendre une approbation de la guerrière. Feuille Endeuillée était réputée pour son mutisme, et Etoile des Vipères l’avait souvent décrite comme astucieuse. Elle lui avait raconté son astuce de la feuille, et il avait doucement rit. C’était une guerrière en qui il avait confiance, et une des seules qui ne jugeait pas la monarchie de l’Ombre, ou qui n’essayait pas de bouleversé leur harmonie, ou de profiter d’un pour faire marcher les autres. Elle les laissait dans leur merveilleux noyau, les laissait libérer leur énergie et leur envie de tout bien faire. Oui, à trois, c’était des composants chimiques, et à trois, ils étaient une arme de destruction massive.

Feuille Endeuillée ramena un lapin. L’échine du guérisseur se hérissa, et sous le peu de peau qu’il avait, la guerrière avait bien pu le voir. Elle désirait partager un repas avec elle ? Elle n’était pas Âme Bohème ni Etoile des Vipères, donc il ne souhaitait pas se faire violence pour un plaisir non partagé. Il eut une moue mi figue mi raison et regarda l’autre en repoussant le lapin vers elle.

« Mange le seule. »

Son regard s’obscurcit. Pour aucune raison, il se sentait en proie à ses angoisses face à la femelle. Manger, c’était pas dur pourtant. Non. Qu’elle se démerde avec son lapin, qu’elle le bouffe. D’ailleurs, un lapin pour deux, c’était trop, beaucoup trop. Quelle égoïste. Esprit des Chimères fixa un moment la nourriture comme un arachnophobe fixait une tarentule.

« Non, sans rancune, débrouille toi avec. J’ai pas faim de toute manière. Et si on revenait au sujet principal, t’en penses quoi de ce merdier toi ? »

Détourner le sujet de manière aussi grotesque était peine perdue. Le mâle écaille tentait par tous les moyens de ne pas affronter la vérité. Si elle insistait, il allait devenir blessant puis fuir. Elle avait réussi à entrevoir sa faiblesse, et il ne le supportait pas. Il était un, il était mille avec sa fratrie. Face à son handicap et sa maladie, il était misérable et seul. Esprit des Chimères jeta un regard insistant à la guerrière. Changeons de sujet, ma chère, je t’en prie.

_________________
Je hais les dormeurs. Ce sont des morts qui n’ont pas dit leur dernier mot. Ils méconnaissent la nuit quand elle est pleine ▬ Violette Leduc.

MERCI MA LOOFY <3.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Feuille Endeuillée
Nouveau-né !


Vos félins ♥
PUF ▬: Raphie ➳ Dieu
Nom(s) ▬: What ?
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM   Lun 25 Aoû - 23:02

▻▹ Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM ◃◅
« Quand on se suffit à soi-même, on arrive à posséder ce bien inestimable qu’est la liberté.»


« Je ne suis pas le seul à avoir du flair, visiblement. »
Flatteur. Elle réprima un petit rire et se contenta de remuer les moustaches. Il faut dire qu’en t’en que guérisseur il était bien plus qu’évident qu’Esprit des Chimères soit au cœur du débat. Elle n’enviât en rien sa place. Déjà de son point de vue de guerrière, le culot des deux félins était enrageant. Alors pour un guérisseur cela devait être une bien belle comédie. Tant de pathétisme dans ce bas monde. Même parmi les félins. Elle comprenait de mieux en mieux la haine qu’avait pu éprouver sa mère. Certains êtres vivants se pensaient au-dessus des lois. Rien que ce simple constat la dégoutait.
« Je ne hais pas Fleur Sauvage. Ni Etoile Nocturne. Du moins, pas comme tu l’entends. »
Bingo. Ainsi elle put se voir confirmer sa suspicion. Cela était bien compréhensible que le mâle éprouve une colère froide pour le manque de respect et de jugeote des deux abrutis du tonnerre.
« Je hais juste qu’on touche aux lois et qu’on mette un Clan en danger. Qu’ils s’aiment, qu’ils se dévorent des yeux, c’est leur problème ! Mais quand on parle de rayer une loi avec quelques paroles et d’une guérisseuse enceinte, c’est soit un abandon de poste, soit un abandon des chatons et une reine en plus. Je les trouve irresponsable, c’est tout. »


Elle ne dit rien. Elle approuvait dans un silence parfait les paroles du sage qui était assis à côté d’elle. Elle sentit son poil se hérisser. Comment peut-on assumer la place de chef lorsqu’on choisit de se détourner du clan des étoiles, de ses aînés qui sacrifièrent tout amour naissant. Elle ne réprima pas un soupir de mépris. Décidément bien trop de félins dans cette forêt étaient naïf. Elle remarqua alors le regard du mâle sur la proie qu’elle avait amené. Elle se sentit idiote. Elle savait pourtant, tout le monde savait. Mais tellement entraînée dans une bataille silencieuse au plus profond d’elle-même, elle avait voulu donner des forces à ceux à qui elle témoignait du respect. Elle inclina une oreille, confuse.
« Mange le seule. »
Elle le fixa de son regard bleu glacial. Elle se permit alors pour la première fois de regarder un mâle sans détourner les yeux par crainte. Il était maigre. Mais au-delà de ça, il est fort. Il dégageait une force de caractère, un profond entêtement face à la vie. Il n’était pas faible. Il avait cette lueur dans le regard, cet éclat de volonté. Il était comme ça sœur, un feu ardent retenu dans un corps à l’aspect frêle. Mais son esprit, lui, avait la vivacité du serpent et la force du lion. Soudain consciente qu’elle le dévisageait, elle détourna le regard.
« Pardonnes-moi. »
Elle reporta alors son regard sur le lapin. Consciente qu’elle ne pouvait s’en passer, elle décida de le manger plus tard.


« Non, sans rancune, débrouille toi avec. J’ai pas faim de toute manière. Et si on revenait au sujet principal, t’en penses quoi de ce merdier toi ? »
Ses griffes sortirent instinctivement et se plantèrent de nouveau dans le sol. Tout son mépris vint lui hérisser le poil. Sa queue fouetta l’air avant de retrouver son calme. Elle inspira profondément et parvint à aplatir son pelage. Cela ne servait à rien de s’énerver. Elle regarda la lune quelques instants, sans rien dire.
« Tu veux savoir mon avis, hein ? »
Cette question n’attendait pas de réponse. Elle ne retint ce rire glacial, froid et sévère qu’avait souvent eu sa mère. Tout son mépris s’y ressentit. Son avis ? Il n’était guère compliqué. Mais elle se souvint qu’Esprit des Chimères ne lui avait pas posé cette question par courtoisie mais plus par envie d’entendre ce qu’elle pouvait bien en penser et en dire.
« Je méprise ces deux êtres. Lui pour avoir un titre de chef alors qu’il doit soit abandonner ses bâtards ou se détourner de ceux qui ont perduré sous cette loi. Elle pour ressentir de la fierté à se payer nos têtes. Tous les deux sont pathétiques. Il n’y a pas de quoi être fier lorsqu’on déshonore les siens. La loi ne fut pas imposée par plaisir, mais par nécessité. Elle voulait des petits. Elle avait pour progéniture son clan. Il voulait une descendance. Il laissait pour héritage un clan fort. Au lieu de ça ils ne font que déshonorer ce pour quoi nous sommes. »


Elle prononça ces paroles d’une traite. D’une voix glaciale, les yeux rivés sur la lune. Elle laissa finalement sa tension redescendre et rentra ses griffes. La Silencieuse regarda alors le guérisseur de son clan avec respect. Lui et sa fratrie parvenait à instaurer l’ordre dans le clan de l’Ombre. On les juge faibles, Etoile des Vipères et lui par leur corps amaigris, mais leur esprit, leur prestance, tout cela est bien plus fort que les muscles inutiles des autres.
« Je respecte ta colère. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Vos félins ♥
PUF ▬: Deathy.
Nom(s) ▬:
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM   Dim 31 Aoû - 12:15



on préfère rejeter hors de la culture,
dans la nature, tout ce qui ne se conforme pas à la norme sous laquelle on vit.


Un simple « pardonne-moi » sans aucune demande d’explication réussit à convaincre le guérisseur que la guerrière était une bonne personne. Non pas par son mutisme étonnant, cette capacité de réflexion, cette aura de sagesse qu’elle avait ou bien ce respect qu’elle avait, non, c’était bien au dessus de ça. Elle avait cette envie de laisser les autres tranquille. Là où la plupart aurait gueulé en s’agglutinant autour de lui en sifflant « Et pourquoi tu fais pas ci ? Pourquoi tu fais pas ça ? » Elle laissait couler. Pire encore. Elle lui demande le pardon. Il lui offrit un petit sourire de coin en guise de réponse. Elle demandait le pardon, il lui offrait le respect, saupoudré d’un merci. A l’écoute de son avis, son respect s’accroissait. Il avait décidément cette impression d’être tombée sur une guerrière étant de son avis. Sa méfiance s’estompait, mais après tout, il avait très peu de méfiance face au monde extérieur. Il était un peu naïf oui.
Une dernière note, ce « je respecte ta colère ». Je respecte, non pas je comprends, ou je compatis. Il se demandait si elle choisissait ses mots un à un, tentant de les faire coïncider dans un espace où se plairait Esprit des Chimères. La réponse fut mitigée. Elle devait certainement réfléchir à quels termes utiliser avec le guérisseur lunatique, il pouvait lui sauter au visage et fuir si le monde l’énervait. Il était une fuite de gaz et le monde une allumette éteinte après tout. Dans son regard, il comprit que le respect était mutuel, et en une fraction de seconde il se sentit en sécurité. Encore une personne de l’Ombre qui ne les jugeait pas pour leur fraternité, merci Feuille Endeuillée.

Il hocha doucement la tête en regardant Feuille Endeuillée. En réalité, elle était moins taciturne qu’elle voulait le faire croire. Suffisait peut – être de lui parler un peu, puis de marcher dans le même sens qu’elle tandis que le monde entier tournait dans le sens inverse pour faire que la machine soit stable.

« C’est rare les gens qui respectent sans chercher à comprendre. D’un côté c’est agréable, parce qu’en ce moment on essaie trop de comprendre pour se donner bonne conscience, ou pour avoir l’impression d’avoir une vie plus éprouvante que l’interlocuteur. C’est terrible, vraiment. »

Il agrémenta ses paroles avec un léger sourire de coin, jetant un regard à la femelle. Il laissa son regard se perdre entre les entrailles du lapin, se demandant comment Feuille Endeuillée réussissait à avaler quoique ce soit, l’enviant et la vénérant juste pour ça. Esprit des Chimères avait tendance à vénérer tous ceux qui mangeait, par principe. Ils avaient cette chose que lui n’avait pas, ce pelage magnifique, ces côtes rangées au chaud dans leur corps, ils étaient grands et beaux. Il n’était ni grand, ni beau, ni fort. Il était guérisseur, et ce mot lui collait à la peau comme un tatouage raté.

« C’est une manière intéressante d’exposer les faits. J’ai souvent le point de vue guérisseur en fait. Je ne condamne absolument pas leur amour, mais juste leur portée, c’est tout. Ta manière de voir le Clan comme un héritage est remarquable Feuille Endeuillée. »

Il eut un sourire respectueux. Il n’avait plus envie de parler d’eux. Après tout, il avait vidé son sac à l’Assemblée et les avait affronté, il n’avait pas envie de ressasser ses vieux démons. Esprit des Chimères était conscient qu’en parler avec Feuille Endeuillée ne pourrait que lui faire grand bien, mais il éprouvait soudain cette envie de protection, cette envie de cacher un peu de sa pensée, de sa vie, par précaution, pour avoir encore le dessus. Il détestait qu’on sache plus de choses sur lui qu’il n’en savait sur l’autre, et son côté méfiant refit surface.

« Et ton frère, tu sais ce qu’il en pense de ça ? »

Après tout, cette divergence de propos pouvait être l’objet de leur dispute. Esprit des Chimères ne connaissait en rien de cette trahison évoquée. Il n’était pas curieux, juste peut – être compatissant avec autrui, empathique. Surtout empathique. Derrière ses mots durs et sa carapace, il voulait tout connaître, tout savoir, pour éviter de faire des erreurs de contexte à la suite. C’était une drôle de façon de faire, un peu directe.
Mais sans faux semblants, s’il vous plait.

_________________
Je hais les dormeurs. Ce sont des morts qui n’ont pas dit leur dernier mot. Ils méconnaissent la nuit quand elle est pleine ▬ Violette Leduc.

MERCI MA LOOFY <3.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Feuille Endeuillée
Nouveau-né !


Vos félins ♥
PUF ▬: Raphie ➳ Dieu
Nom(s) ▬: What ?
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM   Mer 10 Sep - 16:12

[Darkseagreen]Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM
[/color]
<< Salut, tu veux un brownie ? >>

Subtile. C'est ainsi qu'elle aurait sans doute pût décrire le langage du guérisseur. Bien sur la Belle prenait soin de n'employer des mots qui ne reflèteraient que ses pensées et qui n'auraient en aucuns cas un autre sens. La parole était un don après tout, il fallait donc en jouir comme le ferait un peintre avec son coup de pinceau. L'analyse du mâle fit sourire la jeune féline. Oui le monde était bas. Tous cherchaient des explications là où l'on pouvait s'en passer. Tous cherchaient à impressionner les autres aux travers de grands mots alors que les mots ils les jettent à la fenêtre au moindre conflit. Le respect était une vertu que sa mère lui avait transmise. Tout guerrier devait respecter la trinité mise en place comme l'indiquait le code du guerrier. Mais si Feuille Endeuillée respectait la fratrie, c'était avant tout pour leur personne. Ils se différenciaient des leurs, ce qui pour la Silencieuse, était une force indiscutable. Trop maigre ? Et alors elle est chef, elle sait parler et diriger. Trop naïve ? Elle voit le bien en chacun, utilise comme arme la douceur et voit la cruauté de ses yeux d'enfant. Trop lunatique et squelettique ? Il guérit le clan, le guide de la naissance jusqu'à la mort. A eux trois ils brillent d'un éclat qui s'impose comme la juste et indiscutable autorité du clan.

Elle se lécha une patte et se la passa sur l'oreille. Aujourd'hui on ne donnait son respect que si l'on était populaire. Elle méprisait cet état d'esprit si primaire. Oui le monde était primaire. Il complimenta alors le point de vue que la guerrière lui avait donné. Elle plongea son regard dans le sien et l'écoutant en silence. Elle venait de livrer sa pensée nue. Une habitude qu'elle n'avait jamais eu et qu'elle pensa sur le coup bientôt avoir avec le mâle. Il était décidément très étonnant. Elle n'avait jamais éprouvé le besoin d'apprendre à le connaître auparavant. Elle était restée tout le long de son enfance avec son frère. Jusqu'à leur baptême de guerriers ils avaient formé un duo inséparable. Mais pouvait on dire qu'ils avaient alors formé une famille ? Peut être. Si pour le moment elle n'était pas prête à le concéder elle resta néanmoins certaine qu'un jour cette idée lui paraîtrait plausible. Elle vécu donc sa vie de chasseuse dans la solitude, mais cela ne pût l'empêcher d'observer ce qui était ses semblables. Pourtant à ce jour elle n'y trouva que des différences. Cette soif de popularité était grotesque. Pourtant plus le temps passait, plus une petite voix en elle souhaitait être crainte par respect et non pas parce qu'elle leur paraissait bizarre. En quoi était elle donc bizarre à respecter le code du guerrier ?


Le guérisseur eut un instant à lui. Un de ces moments précieux où ce n'est pas impoli d'être dans ses pensées, où le silence n'est pas fardeau mais est partagé. C'est sans doute pour ça qu'elle l'appréciait de nature. Il appréciait le silence. Ô désespoir de la Douce, il existait peu de félins qui savaient l'apprécier. Pour Feuille Endeuillée on peut tout aussi bien alimenter une conversation qu'un silence. Et ce court instant de répit lui apparut comme un partage. Étrange ou bien poétique ? J'hésite encore à le définir hélas. Pourtant cette douce rêverie fut écourtée par une question bien pâteuse de son compagnon du soir. Ah toujours et encore l'éternelle curiosité. Cependant elle consentît à ne pas ressentir une aversion vers cette question. Elle se permit de penser que le côté d'Esprit des Chimères qui était guérisseur lui avait toujours été propre et que sa curiosité n'était en rien malsaine. Aussi elle ne s'offusqua pas et ne lui envoya aucun regard de haine comme elle faisait souvent lorsqu'on lui mentionnait son frère. Elle se contenta de regarder le bout de ses pattes. Désespoir du Corbeau était un imbécile. S'il avait pu se faire manipuler par les autres membres du clan, alors on ne pouvait considérer que ses pensées lui étaient propres.

<< Sûrement comme les simples d'esprits qui roulent des mécaniques et qui font parti de notre clan.>>

C'était la une image qui collait parfaitement avec le manque de personnalité de son frère. L'image de lui petit faisant un cauchemar et allant mendier la protection de sa sœur contre les mauvais rêves lui vint à l'esprit. Il faisait sans doute aujourd'hui la même chose avec ses compagnons. Elle trouva l'idée fortement répugnante. Il avait conservé sa naïveté de chaton. Il était toujours aussi manipulable et influençable. C'est cette facette de lui qui faisait que la Belle le rejetait de plus en plus. Il ne pouvait vivre seul, il fallait le guider en permanence comme un chaton. Elle sourit et étira ses membres de toute sa souplesse. Évidement d'un point de vue extérieur on aurait certainement pût la comparer à un chat désarticulé. Mais même dans cette position elle conservait un peu de la grâce qui lui avait légué sa mère. A défaut d'être sociale, elle était jolie, c'était un fait indéniable. Elle plongea son regard dans le ciel.L'aurore. Tel un feu d'artifice implosant en mille et une couleurs rougeoyantes. Voici l'éclat qui allait se reprendre sur ce qui quelques instants auparavant aura été le bleu noir d'une bien belle obscurité. La nuit se sera écoulée paisiblement. Dans un même souffle les corps des félins enchevêtrés dans chaque tanière se seront soulevés et abaissés. Seuls deux ombres auraient alors étaient les témoins de ce qu'avait été la nuit. Mais le jour ne se lèverait pas encore, il restait assez de temps pour que les deux silhouettes se fassent à l'idée d'une éventuelle clarté.

<< La nuit est une bien belle épouse au silence, tu ne trouves pas ? >>

Elle se tut de nouveau et plongea son regard dans celui du mâle. Si certain se voyait dans leur rêve le héros du clan, ce soir la Belle se voyait heureuse d'avoir trouver un compagnon de parole. Elle n'avait pas pour habitude de ressentir de la sympathie. Mais Esprit des Chimères n'était pas sympathique. Il était caractériel, elle le savait. Mais il lui inspirait au delà de la confiance et du respect un certain réconfort. Elle pouvait communiquer avec lui. Mieux encore, elle pouvait apprécier une conversation. Diantre, belle nuit puisses-tu ne jamais te finir afin que ma Belle prenne goût à la vie de clan. Elle détourna le regard consciente que ce n'était guère une manière de le dévisager ainsi. Elle l'aimait bien et pourtant c'était un mâle. Bon certes côté guérisseur les contacts physiques se réduisaient aux contrôles médicaux, mais un mâle restait un mâle. Pourtant elle ne le voyait pas comme un tabayo à vouloir saigner les autres. Quoi que à sa place elle aurait bien envie de se tromper de dosage pour supporter ceux qui viennent chouiner pour une épine dans la patte. Ah il en avait du courage pour supporter tout ça. Sans compter qu'il devait être au contact de tous les membres du clan. A la simple idée de devoir parler toute la journée elle frissonna d'horreur.

<< J'admire ta patience dont tu t'armes pour écouter les lamentations, mais surtout pour répondre a celles-ci. A mes yeux cela m'apparaît comme le pire champ de bataille.>>

Elle trouva alors sa remarque bizarre et préféra retourner à la contemplation du ciel. Elle soupira et ferma ses paupières. La nuit était calme. Sa respiration l'était également.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Feuille Endeuillée
Nouveau-né !


Vos félins ♥
PUF ▬: Raphie ➳ Dieu
Nom(s) ▬: What ?
Légende ▬:

MessageSujet: Re: Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM   Dim 5 Oct - 12:56

Up ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sans une once d'envie, elle fut projetée dans la vie, sans en avoir exprimé me désir, la voilà maintenant martyrs. PV CHIM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je suis tombé pour elle... ♦ [ Candice & Tyler ]
» Le palais Sans-souci en Danger
» Comment faire rentrer un oeuf dur dans une bouteille sans le toucher ?
» Aperitf sans sucre et sans alcool
» [HS RP Participatif] Future Yokume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Warrior's Story :: CLAN DE L'OMBRE. :: PLACE CENTRALE.-