AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 « Endless sacrifice. » ▲ priorité à Nuage de Chrysalide.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Etoile des Vipères
Modératrice ◊ Chef de l'Ombre


Vos félins ♥
PUF ▬: Mocerino.
Nom(s) ▬:
Légende ▬:

MessageSujet: « Endless sacrifice. » ▲ priorité à Nuage de Chrysalide.   Jeu 10 Juil - 14:36

(( MOMENTS WASTED ))



« Moments wasted, isolated, time escaping, endless sacrifice »

Invraisemblable. C’était le seul mot qu’Etoile des Vipères parvenait à trouver quand elle pensait à comment Chimère avait réussi à lui faire accepter Chrysalide. C’était totalement invraisemblable. Elle détestait avoir des apprentis. Elle détestait avoir la responsabilité d’un chaton. Elle savait qu’elle était mauvaise mentor, puisqu’elle avait elle-même négligé son propre entrainement au combat. Elle détestait aussi l’idée de ne plus être indépendante, du fait qu’un petit corps de six lunes lui était tributaire. Le plus invraisemblable dans toute cette histoire, c’était que depuis qu’elle était meneuse, elle pensait être exemptée de cette peine. C’était elle qui choisissait les mentors et les novices, c’était elle qui faisait les baptêmes, c’était elle qui aurait pu choisir de ne plus jamais avoir à entrainer qui que ce soit, si Esprit des Chimères n’était pas arrivé un beau jour dans sa tanière, en exigeant qu’elle prenne sous son aile Petite Chrysalide.
Elle avait essayé de se défiler, ah ça oui ! Elle avait essayé d’y échapper, de se dérober, de ne pas devoir retomber dans l’entrainement qui l’énervait tant et l’entravait dans ses déplacements ; mais Chimère, en plus de la connaître mieux que quiconque, était un acharné, un entêté, un obstiné. Il avait insisté, longtemps, jusqu’à ce qu’elle craque, sans faiblir, tandis que peu à peu, elle finissait par craquer. Il devait y avoir une raison pour qu’il tienne tant à ce qu’elle prenne cette gosse comme apprentie. Il n’avait pas voulu que ce soit Bohème, quand, lâchement, Vipère avait proposé sa sœur ; pour sa défense, le matou écaille avait prononcé quelques phrases sibyllines, évoquant sa peur qu’elle ne blesse Bohème, qu’elle ne lui fasse du mal. Sans trop comprendre, Vipère avait fini par convenir que de toute façon, Bohème était peut-être un peu trop volatile, un peu trop versatile aussi, et qu’il valait mieux qu’elle ne tutelle pas la petite. Immédiatement, elle l’avait regretté ; elle n’avait plus le choix, maintenant. Elle l’avait lu dans le regard de Chimère. Elle avait entendu ses propres propos résonner dans la tanière. Elle avait cédé, et lui avait dit, avec un soupir, « c’est d’accord Chimère, je capitule. J’espère que je ne le regretterai pas. »

Ca faisait peut-être une semaine qu’elle avait fait le baptême. Ou peut-être plus, ou peut-être moins. Elle ne savait pas. Elle ne comptait pas. Elle n’avait fait qu’un entrainement avec Nuage de Chrysalide, si tant est qu’on pouvait appeler ça un entrainement. Elles avaient pris part à une patrouille, et fait le tour des territoires, ne s’adressant la parole que lorsque Vipère présentait les lieux à la petite. Elles n’avaient presque pas parlé. Vipère n’avait pas digéré, à ce moment, l’idée d’être encombrée de sa présence. Elle détestait ça. En rentrant, Chimère lui avait jeté un regard reconnaissant, et elle avait compris à quel point il lui était plein de gratitude d’avoir pris Chrysalide sous son aile. Elle avait ressenti un léger sentiment de culpabilité, qu’elle avait bien vite effacé en vaquant à ses occupations de meneuse. Mais plusieurs soirs, seule dans sa tanière, quand le sommeil refusait de venir la trouver et que son ventre se creusait de faim, l’empêchant de fermer les yeux tandis que son corps refusait d’avaler le moindre morceau, son esprit avait plusieurs fois vaqué vers la petite féline. Elle aurait peut-être dû être plus douce avec elle. Plus à l’écoute. Plus encline à s’occuper d’elle. Mais très vite, les souvenirs de son premier mentorat avaient reflués en elle, les heures à parler dans le vide, à essayer d’élever un apprenti qui se fichait bien de ce que pouvait dire cette fameuse Chant des Vipères, et qui maudissait les Etoiles de ne pas lui avoir donné un mentor normal. Comme les autres. Dans la norme. N’importe qui, plutôt que cette barge. Elle avait essayé de creuser, de faire de l’élève quelqu’un qu’on hisse vers le mot, de redonner au mot sa valeur étymologique.
Elle y avait mis du sien, mais devant son refus, très rapidement, elle avait laissé tomber. Elle avait préféré lui servir des discours incohérents et sans profondeur. Elle avait préféré lui raconter ce qu’il voulait bien entendre. Lui apprendre à chasser. Lui apprendre un peu à se battre, laisser d’autres guerriers l’entrainer. Il n’avait pas compris sa volonté de paix, son refus de la violence physique. Elle n’avait jamais pu vraiment parler avec lui. Ce n’était que des monologues à deux. Ça n’avait servi à rien.

Les jours avaient passé depuis le baptême. Ça devait faire une semaine, oui, voilà, une semaine. Quelques fois, en passant devant la tanière des apprentis, Etoile des Vipères avait perçu le regard de sa novice, et s’était contentée de le soutenir, digne, sans pour autant venir la chercher. Elle l’avait laissée attendre, elle l’avait fait mariner, et peu à peu, la culpabilité revenait. Lorsqu’elle croisait le regard de Chimère, elle se sentait indigne de ne pas faire davantage honneur à sa confiance en la petite. Elle finit par ravaler sa mauvaise humeur, ravaler sa peur de l’assemblée qui approchait, ravaler tout ce qui l’empêchait d’y mettre du sien. La veille au soir, elle avait envoyé un matou prévenir Chrysalide qu’elle avait entrainement le lendemain, au passage traitre.
Pour s’y rendre, Etoile des Vipères avait demandé à une patrouille de l’encadrer. Chimère ne lui aurait jamais pardonné que la petite ait un accident par sa faute. De son côté, elle avait reposé discrètement le lapin qu’on lui avait glissé dans sa tanière sur le tas de gibier, incapable d’y toucher, et après avoir grignoté quelques herbes que lui avait données son frère, en écartant du bout de la patte le fenugrec de sa nourriture. Elle n’avait pas besoin de se forcer à manger. Elle n’avait pas besoin de ça. Elle se sentait plus légère, plus aérienne, meilleure, lorsque son ventre était vide. Quelque fois, par éclairs de lucidité, elle se regardait dans une flaque et s’effrayait de voir ses os saillants, s’effrayait de se laisser mourir ainsi, s’effrayait surtout de ne penser qu’elle n’avait aucun problème, alors qu’elle ne pouvait pas cacher qu’elle en avait réellement un. Ce jour-là, elle préférait nier, elle reposa le lapin dans la pile, avant de s’engouffrer dans le tunnel, ayant lâché quelques ordres. Elle courut tranquillement jusqu’au point de rendez-vous, arrivant un peu en avance. Elle détestait être en retard. Elle s’assit à une distance respectable du lieu de passage des monstres. Un frisson parcourut son échine quand elle entendit une des machines passer en hurlant, plusieurs dizaines de mètres derrière elle. L’odeur la prit à la gorge, et elle retint un toussotement, tandis qu’elle apercevait au loin le groupe de félins qui arrivait.
C’était parti. Il fallait qu’elle soit digne, pour faire honneur à Chimère. Peut-être qu’après tout, ça se passerait mieux que prévu. Peut-être qu’elle n’aurait pas besoin de se battre. Peut-être que ce serait plus facile.

_________________


HECTOR ─ C'est beau, la Grèce ?
HELENE ─ Pâris l'a trouvée belle.
HECTOR ─ Je vous demande si c'est beau la Grèce sans Hélène ?
HELENE ─ Merci pour Hélène.
HECTOR ─ Enfin, comment est-ce, depuis qu'on en parle ?
HELENE ─ C'est beaucoup de rois et de chèvres éparpillés sur du marbre.
HECTOR ─ Si les rois sont dorés et les chèvres angora, ça ne doit pas être mal au soleil levant.
HELENE ─ Je me lève tard.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nuage de Chrysalide
Administratrice ◊ Ex-Guérisseuse du Tonnerre


Vos félins ♥
PUF ▬:
Nom(s) ▬:
Légende ▬:

MessageSujet: Re: « Endless sacrifice. » ▲ priorité à Nuage de Chrysalide.   Sam 19 Juil - 16:57

« MAIS PUISQUE JE VOUS DIS QUE JE PEUX M'Y RENDRE TOUTE SEULE. »

On ne discute pas les ordres de la meneuse.

C'était ce que lui répétait à chacune de ses protestations le grand chat nommé Plume de Hibou. Nuage de Chrysalide savait malheureusement – même si elle s'efforçait de penser le contraire – que le vétéran ne céderait pas. Remarquant toutefois ses moustaches frémir, sa longue queue striée de brun s'agiter, la maigrichonne apprentie de six lunes eut ce qu'on aurait pu aller l'audace d'espérer une quelconque sortie sans accompagnement. Alors, elle tenta, encore une fois. Puis deux. Et trois. Mais non, non, il ne craquait pas, cet entêté ! Aussi, soupirant, et passant un rapide coup de langue sur son poitrail décharné noirâtre, Nuage de Chrysalide, sans prendre le temps de manger comme le lui avait recommandé au départ le haut matou brun, fila en sa compagnie, ainsi que celle de trois autres guerriers un peu grands et forts pour elle. A croire qu'elle était un de ces trésors inestimables, qu'il ne fallait pas abîmer, non, pas le moins du monde. Je ne le suis pas, se répétait la petite femelle dans sa tête. Alors … Pourquoi tant de précaution ? Cela l'étonnait quelque peu de la part d’Étoile des Vipères, son mentor, avec qui elle avait rendez-vous ce matin. Entraînement, patrouille, chasse au programme ? Le chaton n'en savait rien. A vrai dire, son unique séance, il y a une semaine de cela environ, l'avait laissée … Sans mot. Non pas que l'enseignement de la meneuse ne lui plaisait pas, mais … Être guerrière, n'était pas son souhait, à Nuage de Chrysalide. Peut être guérisseuse à la limite. Elle avait quand même bien pleuré la nuit suivant son baptême. Qui voudrait d'une féline incapable de se battre, maigre et laide, qui, sous ses airs rebelles et francs, semblait terrifiée par ces guerriers aux muscles puissants, ces chasseurs agiles et souples ? Elle n'avait rien de tout cela. Absolument rien. Aussi, sortant de camp, bien entourée par sa bande de gardes du corps, Nuage de Chrysalide, voyant ces regards curieux de reines, apprentis et autres personnages se posa toujours cette question.

Pourquoi?

Pourquoi tant de précautions à son égard ? Elle, que l'on jugeait infecte ?
Pourquoi avait-il fallu qu'elle naisse ici, promise à un avenir de futur guerrière ? Elle qui ne savait ni griffer, ni mordre, simplement subir ?
Pourquoi ?

Nuage de Chrysalide avec observé les apprentis, depuis la pouponnière, jouer gentillement. Elle savait qu'elle n'en serait pas capable, et puis, qui voudrait d'une compagne de jeu comme elle ? Ah peut être ses frères, pour la malmener un peu. Eux aussi, étaient passés apprentis. Nuage de Merle et Nuage de Goéland. Joli Rossignol les avait félicité chaleureusement, presque avec un abus volontaire à l'égard de la femelle, qui elle, n'avait pas eu un mot. Seul Première Lune, la douce Première Lune, la gentille Première Lune, lui avait présenté tout ses vœux de réussite, ses encouragements, qui avait contribué à réchauffer le cœur de la petite gelée, lorsque après la cérémonie, ses frères vinrent personnellement l'incendier. Lui dire qu'elle ne réussirai pas, qu'elle ne serait qu'une incapable, une ratée, un poids pour leur compliquée petite société, qu'était celle du clan. Tremblant violemment suite à ces souvenirs récents, quelques peu douloureux, Chrysalide entrouvrit la gueule, respirant difficilement, sentant les larmes monter. Et ce n'est que lorsqu'un guerrier à ses côtés lui déclara gentillement que l'entraînement se passerait bien, qu' Étoile de Vipères prendrait soin d'elle, et que ça irait, qu'elle referma immédiatement la bouche, et accéléra en direction du Passage Traître. Et autant dire qu'elle n'avait pourtant pas hâte d'y aller, après avoir entendu les racontars des autres apprentis, frémissant sous l'évocation des monstres rugissants, l'odeur âpre du chemin à l'étrange couleur grise, fade et triste, et aux multiples chats tués dans leur imprudence. Rien que ça. Mais mieux valait être de bonne foi. Pour tout dire, Nuage de Chrysalide était bien intriguée par la chef du Clan de l'Ombre. Elle aimait sa répartie, son amour qu'elle portait pour son frère et sa sœur, mais gardait envers elle un sentiment … Indescriptible. Étrange. Peut être de la méfiance, peut être de la crainte, ou bien … J'en sais rien. Toutefois, Nuage de Chrysalide avait quand même un peu de bon sens, bien qu'un peu perturbée par son apprentissage et ce qui allait avec, elle lui montrerait, à elle, qu'elle n'avait pas de raison de la détester, comme la majorité du clan.

Tout ça pour une impression qu'elle ne définissait pas.

Ainsi donc, la maigre, la petite, la laide Nuage de Chrysalide arriva, yeux posés sur la silhouette de son mentor, un sourire sympathique au visage, dans un petit trot, avant … Avant qu'elle ne s'étale au sol, après s'être empêtrée dans une racine. Un rire étouffé d'un des guerriers lui parvint. Ainsi que l'odeur du chemin, les moqueries, la crainte, la peur, tout cela l'envahit d'un coup. Comme un ras-de-marée. Baissant les oreilles soudainement minuscule, la petite soupira cependant lorsque les guerriers disparurent.

Et elle se sentit soudain très, très petite.

« Bonjour Étoile des Vipères. Désolée pour l'attente, je t'avouerai que j'étais un peu surprise en voyant une patrouille m'accompagner. »

Bon, il ne manquait plus que le ton joyeux, et ça irait.
Allez, on refait.

« Je suis contente de te voir !  »

Et la petite étincelle dans son regard ambré confirmait la sincérité de ses dires.


Spoiler:
 

_________________

MERCI FOURNISSEUR DE MILLE-FEUILLE <33333
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warrior-story.forumactif.org
avatar
Etoile des Vipères
Modératrice ◊ Chef de l'Ombre


Vos félins ♥
PUF ▬: Mocerino.
Nom(s) ▬:
Légende ▬:

MessageSujet: Re: « Endless sacrifice. » ▲ priorité à Nuage de Chrysalide.   Lun 28 Juil - 19:58



« 5 minutes alone. »


Le cœur de Vipère se serra douloureusement lorsqu’elle vit la gamine s’étaler au sol devant elle.
Plume de Hibou et le reste de la patrouille venait de lui amener sa novice, et se retenaient de rire devant sa gamelle. Comme ça faisait professionnel. Etoile des Vipères se fit violence pour s’empêcher de soupirer et se leva, une boule de contrariété serrant sa gorge tandis qu’elle s’avançait vers ses guerriers. Les monstres passaient derrière elle à toute allure, sans la faire frémir, trop habituée. Adultes, les félins avaient tendance à ne plus tenir compte de leur hurlement, leur entrainement s’étant pour la plupart déroulé dans le grognement quasi permanent des voitures. Elle fit un signe d’oreille pour remercier les félins, avant de les congédier avec un « merci » atone. La petite l’énervait autant qu’elle l’intriguait. Elle ne voulait pas avoir affaire à elle seule, parce qu’elle était obligée de lui porter attention, or, elle aurait préféré pouvoir la reléguer dans un coin et l’oublier là, plutôt que de devoir la trimballer, elle, son reflet. Sans rien dire, elle écouta la petite lui faire part de sa surprise. Eh bah si t’es si surprise tu vois avec mon frère, je fais ça pour lui, ok ? se retint-elle de répliquer, et elle se contenta de darder son regard mordoré sur elle, ne laissant paraître aucune autre émotion qu’un calme parfait. Elle lui annonça ensuite avec un ton joyeux son plaisir de la voir, et Etoile des Vipères fit à nouveau un énorme effort pour ne pas lui répondre son propre déplaisir d’être là. Ca commençait bien.
Elle n’appréciait déjà pas la leçon. La petite la mettait en position difficile pour répondre, puisqu’elle devait soit se taire, soit mentir, soit l’envoyer chier, soit faire un immense effort pour trouver un nouveau sujet de parlotte. Elle n’aurait pas pu tout simplement se lancer dans une conversation un poil intéressante, ou lui raconter sa vie, ou quoi que ce soit qui lui aurait permis de ne répondre qu’en hochant la tête et avec un petit grommellement ? Et puis il y avait cette façon de lui parler, trop faussement assurée, comme si elle essayait de faire la grande, de faire celle qui ne se démonte pas, alors qu’elle se tenait face à une des femelles les plus puissantes de la forêt. Ca avait quelque chose d’indécent, puisque ça crevait les yeux qu’elle était impressionnée. Et puis, depuis quand on dit à sa meneuse qu’on est heureuse de la voir ? Une légère lueur dans les yeux de la gamine la dérangeait d’autant plus, c’était celle de la sincérité. Etoile des Vipères refusait d’être quelqu’un qu’on a envie de voir. Elle était une connasse finie, une insurgée, une de ces emmerdeuses pacifistes, antimilitaristes, et surtout on ne peut plus entêtées. Elle n’était pas décemment quelqu’un qu’on aime cotôyer.

« Qu’est-ce que mon frère te trouve ? »

La question avait fusé avant même qu’elle ne réfléchisse. En guise de premiers mots adressés à son apprentie, Etoile des Vipères lui avait lancé froidement la question la moins aimable possible. Incapable de se dire si elle devait s’en vouloir ou si elle devait céder au plaisir mesquin d’avoir attaqué de cette façon une gamine sur qui elle avait tous les pouvoirs. Le visage de Chimère s’imprima dans son esprit, et elle se dit qu’elle aurait dû s’en vouloir, mais ça ne lui ressemblait pas, alors elle se contenta d’ajouter.

« Il m’a fait tout un cirque pour que j’accepte de te prendre en apprentissage. Il n’a pas voulu que ce soit Bohème ni qui que ce soit d’autre. Je veux savoir pourquoi mon frère ne m’a pas lâchée jusqu’à ce qu’il soit sûr que je te prendrais comme novice. Je veux savoir ce qu’il te trouve. »

Elle avait parlé de la même voix sans émotion, ni colère, ni curiosité, rien, juste un constat d’une platitude parfaite et même apeurante. Elle jeta un regard indescriptible à la gamine puis se leva et fit quelques pas en entendant un véhicule passer à toute allure à quelques dizaines de mètres d’elles. L’odeur écœurante de l’asphalte se souleva jusqu’à ses narines, et elle agita légèrement les moustaches de dégout. Elle reporta après coup son attention sur la gamine, attendant sa réponse. Chimère lui avait vaguement dit qu’elle leur ressemblait, et elle avait trouvé ça on ne peut plus désagréable. Elle n’aimait pas cette petite. Trop de choses jouaient contre elle.
Elle s’assit de nouveau à quelques mètres de la gamine, reportant son regard or sur la petite.
Elle voulait savoir.



Spoiler:
 

_________________


HECTOR ─ C'est beau, la Grèce ?
HELENE ─ Pâris l'a trouvée belle.
HECTOR ─ Je vous demande si c'est beau la Grèce sans Hélène ?
HELENE ─ Merci pour Hélène.
HECTOR ─ Enfin, comment est-ce, depuis qu'on en parle ?
HELENE ─ C'est beaucoup de rois et de chèvres éparpillés sur du marbre.
HECTOR ─ Si les rois sont dorés et les chèvres angora, ça ne doit pas être mal au soleil levant.
HELENE ─ Je me lève tard.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Endless sacrifice. » ▲ priorité à Nuage de Chrysalide.   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Endless sacrifice. » ▲ priorité à Nuage de Chrysalide.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» 2# Entrainement de Nuage de Framboise [A votre avis !]
» Entrainement de Nuage de Nenuphar n°1
» 2ème entraînement de Nuage Capricieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Warrior's Story :: CLAN DE L'OMBRE. :: LE PASSAGE TRAÎTRE.-